Johnny chante pour la Belgique au Palais 12, émouvant!

Johnny chante pour la Belgique au Palais 12, émouvant !
3 images
Johnny chante pour la Belgique au Palais 12, émouvant ! - © Droits réservés

Le Heysel accueillait ce week-end les deux dernières dates de sa tournée "Rester vivant", tout un symbole quelques jours après les attentats de Bruxelles.

Il avait annoncé de l’émotion, de la communion. Nous y étions ce dimanche. Il a tenu parole. Arborant d’emblée le drapeau belge sur les écrans géants, Johnny a donné le meilleur pour vaincre la peur. Chantant "Quand on n’a que l’amour" en dernier rappel dans une salle à ce point recueillie que tout notre corps en a frissonné. La force d’un morceau éternel et d’une interprétation remplie de sincérité. La force de la musique comme medium de rassemblement, comme véhicule d’humanité. Juste avant, il entonnait "Toute la musique que j’aime…".

60 ans de musique

Les mots ne sont jamais les mêmes pour exprimer ce qu’est… un concert de Johnny ! En novembre dernier, l’expérience était nouvelle pour nous. Dubitatif au départ, nous avions écrit notre enthousiasme, notre étonnement devant une carrière si riche, que Johnny lui-même fait remonter jusqu’à Elvis et Carl Perkins et son fameux "Blue suede shoes" avant de se souvenir de "L’idole des jeunes".

Les musiciens sont toujours aussi impressionnants, dont l’exceptionnel harmoniciste nous gratifiant d’un solo hallucinant sur "Gabrielle". L’ambiance très chaude, l’âme rock n’ roll et les quelques jolies ballades ("Quelque chose en nous de Tennessee" avec son bain de foule, "Je te promets") composent un show total joliment illustré sur écran.

Pour quelques morceaux, la fine équipe s’avance dans la salle pour interpréter quelques pièces sans fioriture en mode plus intimiste, dont certains morceaux du dernier album "De l’Amour", écrit par Yodelice, présent pour l’occasion.

"Allumer le feu" redonne un coup d’accélérateur et permets au public d’exulter une nouvelle fois. Avant, donc, de se tourner tous en pensées vers les trop nombreuses personnes endeuillées par les récents attentats, ici, mais aussi hélas à de nombreux endroits du globe.

Jacques Brel, Johnny, comme tant d’autres, ont compris que chanter l’Amour était le meilleur carburant pour aller de l’avant…

 

François Colinet

Johnny Hallyday, "De l'Amour" (Warner)