Esperanzah!: capitale festive de la culture alternative du 3 au 5 août

Pour la 17è fois, la magnifique abbaye de Floreffe retrouve ses habits de fête avec ses milliers de festivaliers et leurs cœurs battants pour un monde plus curieux, plus conscient, plus solidaire. Et prêts à vivre des émotions en grand !

Depuis 2002, la magie renaît à chaque fois ! Plus belle, plus ambitieuse, mais toujours plus consciente aussi des défis immenses auxquels les humains et la nature sont confrontés. C’est en pariant sur la curiosité et sur la force des émotions collectives qu’évolue la parenthèse enchantée d’Esperanzah ! Jean-Yves Laffineur, directeur et programmateur, est à la base  de ce projet devenu au fil des années, comme le dit avec justesse le slogan, bien plus qu’un festival, une façon de vivre ! Il nous transmet son enthousiasme et nous donne déjà envie de pousser les portes…

 

En prévente, l’entrée pour un jour reste en dessous de 40€ et de 80€ pour 3 jours. Un véritable tour de force à l’heure où les cachets d’artistes explosent et où la concurrence est féroce entre festivals. Quelle est la recette pour y arriver ?

Se fixer des lignes budgétaires strictes et parier constamment sur la curiosité des gens. Nous tenons absolument à rester un festival accessible ! Notre projet c’est d’être, pendant trois jours, une sorte de capitale de la culture alternative, ou plutôt des cultures alternatives. Cela n’a évidemment pas de sens si plein de gens en sont exclus faute de moyens. Ce combat est hyper important pour nous. La concurrence existe surtout au niveau des têtes d’affiches. C’est central parce que ce sont elles qui font venir le public et qui permettent les nombreuses découvertes. Mais, on sait aussi qu’une part importante de nos habitués viennent en confiance quelque soit l’affiche. Et dans l’autre sens, certains artistes font des efforts financiers parce qu’ils veulent venir chez nous.

Une affiche aux couleurs foisonnantes…

Cette année ont a plus de 20 nationalités parmi les artistes programmés et, hormis les Belges que l’on est très heureux de promouvoir, seuls quatre artistes ne sont pas des exclusivités ! Présenter des artistes du Congo comme Tshegue ou du Brésil comme Lineker, qui est une immense star dans son pays, c’est notre ADN et notre priorité !

On a repensé notre offre musicale en trois scènes. À coté de la scène "Jardin" qui accueille les têtes d’affiche, Jain, Gaël Faye, Goran Bregovic, Bernard Lavilliers, Grand Corps Malade, Gogol Bordello entre autres, la scène "Futuro" propose des pépites de la musique moderne, orientées électro, hip-hop, reggae dont le Belge Romeo Elvis avec Le Motel. Aujourd’hui, ces différentes influences sont très souvent mélangées. La scène "Alpha", plus intime, accueille, elle, des projets plus acoustiques d’artistes proches de leurs traditions et de leurs racines. Je pense notamment à la Belge Lubiana, au Barcelona Gipsy BalKan Orchestra, ou au projet haïtien de Mélissa Laveaux.

Après 16 ans, comment le festival continue-t il d’évoluer ?

En 2002, nous étions des pionniers dans la "préoccupation écologique" en festival. Cette question ne nous a jamais quittés et nous permet de réduire toujours plus nos déchets et de réfléchir toujours plus l’interaction entre l’être humain et la nature. Mais les deux focus particulier de cette année concernent d’une part la place des enfants et de l’autre celle des femmes dans le festival : les activités pour enfants ont été repensées pour faire d’Esperanzah ! une vraie expérience en famille, au-delà du simple " espace enfants " avec des activités, des spectacles de rue, du cabaret…

Et la relation ancestrale entre Homme et Femme est mise très concrètement en question par notre thématique "Le Déclin de l’Empire du Mâle"

À ce propos, vous avancez à nouveau en pionnier avec le plan "SACHA" : Safe Attitude Contre le Harcèlement et les Agressions en festival…

Le sujet est délicat, raison pour laquelle on en parle peu. Pourtant, on le sait, la fête est aussi malheureusement parfois l’occasion de "dépassement de la norme", d’attitudes physiquement déplacées ou harcelantes envers les femmes. Or, on sait aussi qu’elle compose plus de 60% de notre public. Une étude récente a montré qu’Esperanzah ! était moins impacté que certains autres événements mais, suite à deux situations problématiques dont on a eu connaissance l’an dernier, il nous a paru évident d’agir avec ce plan en quatre points : les festivaliers recevront un kit de sensibilisation "SACHA" avec un numéro à appeler en cas de besoin si on est victime ou témoin de situations problématiques. Un espace de parole et de soutien sera prévu avec des professionnels. Une formation de 15 minutes sera proposée à chacun pour être attentif aux bonnes attitudes à adopter en tant que victime ou témoins. Et une communication spécifique est organisée avant et pendant le festival pour garder à l’esprit de chacun l’importance de ces questions d’égalité, de respect, et de tolérance, pour que la fête soit encore plus partagée et plus intense !

Entretien : François Colinet

Festival Esperanzah ! Du vendredi 3 au dimanche 5 août. Abbaye de Floreffe.