Christophe Willem à l'Ancienne Belgique : jusqu'à demain

Christophe Willem à l’Ancienne Belgique : jusqu’à demain.. !
4 images
Christophe Willem à l’Ancienne Belgique : jusqu’à demain.. ! - © Yann Orhan

Salle archi comble pour "La Tortue" qui est venu présenter son album "Rio" et fêter ses 10 ans de carrière dans un spectacle endiablé et généreux. Il le présentera aux Francofolies de Spa avant de revenir à l’automne à Bruxelles et à Mons.

Le souvenir de ses dernières tournées ne pouvait nous tromper : un concert de Christophe Willem est toujours sur vitaminé ! Ne ménageant pas sa peine pendant près de 2h30 (!), il semble avoir des ressorts au bout des pieds pour emmener son public dans un tourbillon de sons et d’émotions.

L’Ancienne Belgique l’attend de pied ferme, dès la première partie très applaudie assurée par Igit, ancien candidat de "The Voice" en France, qui l’a accompagné dans la création de "Rio", son dernier album sorti à l’automne dernier. Chapeau sur la tête, son air de Dandy et sa voix grave ont conquis un public pourtant tout acquis à la cause de l’idole du soir. Jolie performance d’une personnalité à suivre…

Un spectacle gourmand

Il ne fallait pas arriver en retard ce mardi pour se frayer une petite place parmi les fans d’un artiste qui donne tout ce qu’il a. À 20h10 à peine, le show commence et promet. "Copacabana", qui ouvre le nouvel album, nous rappelle la souplesse et l’énergie de cet ancien vainqueur de "La Nouvelle Star". Ses chaussures dorées glissent sur le sol avec une aisance déconcertante. Son corps se plie, se tortille avec une bonne humeur qui fait plaisir à voir.

Derrière lui, un groupe à la composition classique (batterie, guitare, basse, clavier) assure, aidé de quelques machines mais avec un groove appréciable. Comme, par exemple, sur sa reprise de "Sunny" qui précède un "Double Jeu" en forme de bain de foule prolongé.

Si le spectacle joue les prolongations, c’est aussi parce que Christophe a décidé de revisiter les 10 ans écoulés depuis la sortie de "Inventaire", un premier disque auquel avait participé Zazie. Collaboration qui se poursuit d’ailleurs de façon assez reconnaissable sur celui-ci, même si il a, pour la première fois, écrit lui-même la plupart des textes.

Parmi les petits plaisirs des temps passés, pointons le puissant "Berlin" qui nous plait toujours autant.

"Motion" et Émotion

Quand il ne mène pas la danse, l’univers de Willem montre alors son autre facette, celle d’une voix d’une puissance et d’une pureté telle qu’elle invite facilement à l’émotion. Il revendique d’ailleurs ce double amour pour les arrangements électro d’un coté, et acoustique de l’autre, comme le prouve son dernier live "Les Nuits Parait-il" enregistré dans des lieux insolites et très intimistes.

Dans ce registre, "Loue ange", "Falling" ou le très joli "Madame" sur la reconstruction d’une mère après la mort de son fils, furent de beaux moments. Tout comme la reprise en mode chorale de "Evidemment" de Michel Berger.

Bien sûr les chansons sont inégales et les mélodies et arrangements parfois interchangeables. Mais, "l’air de rien, ça fait du bien. Chanson populaire, çà en a tout l’air (…) L’air de rien, en un refrain, laissez-moi vous plaire !"

Tout est dit dans son single " Marlon Brando ". Christophe Willem en donne ici une très belle illustration en habillant la "variété" " de ses plus beaux atours.

François Colinet

En concert : le 21 juillet aux Francofolies de Spa. Le 9 octobre à l’Ancienne Belgique à Bruxelles. Le 16 octobre au Théâtre Royal de Mons.