BSF : Konoba fera danser la Madeleine ce jeudi

BSF: Konoba fera danser la Madeleine ce jeudi
2 images
BSF: Konoba fera danser la Madeleine ce jeudi - © Elias Weemaes

Le Brussels Summer Festival a pris son envol. Focus sur Konoba, qui présentera son enveloppant album "Smoke & Mirror" jeudi à la Madeleine. Avec, avant lui, l’excellent Talisco. Une soirée à ne pas rater !

Le centre-ville de Bruxelles s’ébroue depuis dimanche au Magic Mirror, place des Musées et à La Madeleine aux sons multiples de son BSF, 16ème du nom ! La scène du Mont des Arts se joint à la fête dès ce mercredi avec entre autres Trust, Henri PFR, BaliMurphy, La Femme ou Boulevard des airs dans les jours prochains.

Ce jeudi, la Madeleine proposera une double affiche alléchante avec Talisco, artiste à suivre que nous avions rencontré l’hiver dernier, puis Konoba, jeune Belge qui renverse tout sur son passage. Un petit verre dans l’effervescence de Spa. L’occasion de mieux faire connaissance…

"La musique est entrée très tôt dans ma vie. Le piano à sept ans, puis la guitare à l’adolescence. Elle a pris progressivement de l’importance jusqu’à ce que je décide de partir pour l’Angleterre à 19 ans, étudier la production musicale à l’Université de Brighton. C’est d’ailleurs là-bas qu’est né Konoba pour les besoins de mon projet de fin d’études. J’ai enregistré mes premières chansons dans ma chambre, sur mon lit, sans me douter de l’ampleur que tout cela prendrait aujourd’hui."

Car il s’agit bien d’un petit phénomène qui devient grand : deux fois à l’AB (en configuration Club puis Box), un Cirque Royal complet, de nombreux festivals d’été. Et un tube "On our knees" avec son pote R.O., qui dépasse allégrement le million de "streams". Une jolie reconnaissance pour ce travail par étapes.

"Depuis mon retour d’Angleterre, on a sorti plusieurs EP (des disques de quelques chansons, NDLR) pour faire les choses progressivement et se donner le temps et les moyens, grâce à un financement participatif, de faire le meilleur album possible. Je travaille dans mon coin, je touche à tout : compositions, paroles, arrangements, productions. Mais pour rendre cela vivant sur scène, je m’entoure de musiciens capables de transposer cette musique en live. Ce n’est pas évident parce que c’est essentiellement de la musique de studio avec des machines. On répète beaucoup pour trouver le juste équilibre entre la transposition du disque et l’énergie du live."

Balancé entre des influences éternelles que l’ont retrouve dans ses harmonies ("J’adore les Beatles, Beach Boys, Queen et beaucoup d’artistes folks") et des sons modernes comme Oscar & the Wolf ou James Blake, pour n’en citer que deux, Raphael Esterhazy, de son vrai nom, impressionne d’abord par la maitrise de sa voix, qu’il considère comme son premier instrument. "Je me débrouille sur plusieurs instruments mais ma voix, je la travaille depuis toujours. Je l’entraine et j’essaie de la maitriser pour donner le meilleur de moi-même."

Pour avoir un aperçu de son univers, rendez-vous donc ce jeudi à 22h à La Madeleine avant de le revoir notamment aux Solidarités à Namur le samedi 26 août.

 

François Colinet