Boubacar Traoré à Flagey: les délicieux effluves du Mali!

Boubacar Traoré à Flagey: les délicieux effluves du Mali!
2 images
Boubacar Traoré à Flagey: les délicieux effluves du Mali! - © S. Rieussef

Le chanteur malien a proposé un condensé de blues, permettant un voyage d’une rare beauté ce samedi à Flagey.

Comme un bon repas entre amis. Retrouver Boubacar Traore a quelque chose de rassurant et de terriblement chaleureux. A bientôt 75 ans, l’homme ne change pas et se présente toujours à nous en tunique rayée, comme un Dalton blanc, et coiffé de son éternel chapeau.

Sorti de l’anonymat puis devenu icône du blues malien, Boubacar Traore a une carrière en deux chapitres. Le premier au Mali au tournant des années 60, basé essentiellement sur la tradition orale, et donc ayant laissé peu de traces. Puis un second, grâce à un producteur qui retombe sur des vieux enregistrements dans son pays natal et qui a eu l’excellente idée de lui faire enregistrer son premier disque aux débuts des années 90.

Un harmonica magique

Depuis, il revient régulièrement nous jouer la quintessence du blues, celui qui nous fait voguer sur le fleuve Niger rien qu’en fermant les yeux. Les ingrédients sont simples: une guitare qu’il maitrise à merveille, une calebasse pour le rythme et un harmonica qui fait danser les notes et donne toute l’épaisseur de ce voyage intérieur.

L’homme célèbre la sobriété, dansant de ses petits pas timides d’avant en arrière de la scène comme s’il glissait sur des pantoufles. Sa voix, grave et chaleureuse, fait résonner l’âme d’un pays, d’un peuple en nous donnant furieusement envie de partir sur les routes du Mali pour découvrir le berceau de son blues, qui en a influencé tant d’autres à sa suite.

La calebasse est discrète mais indispensable pour fixer les contours. Tandis que l’harmonica se pose en véritable attraction du soir, alternant les caresses et les envolées plus incisives. On se surprend à fermer les yeux, protégés par le bel écrin sonore du studio 4 et à laisser nos bras bouger tout seuls. Certes l’ensemble est parfois répétitif mais le voyage est doux comme de la soie et permet toutes les rêveries. La musique retrouve ici ses vertus d’évasion avec une touchante simplicité.

Pour vous familiariser avec son univers, on ne peut que vous conseiller la lecture de " Mali Blues: je chanterai pour toi" de Lieve Joris

Boubacar Traore, un homme qu’on aimera toujours autant retrouver…

 

François Colinet