La semaine cinéma de Cathy Immelen avec My Generation, Première année et Mademoiselle de Jonquière

L'affiche de "Première année"
L'affiche de "Première année" - © DR

Au cinéma sort ce mercredi, un documentaire qui va titiller la curiosité des nostalgiques du Swinging London et de la pop-culture britannique des années 60 My Generation. Un film qui nous replonge dans le Londres trépidant des 60's en compagnie de cette jeunesse, surtout ouvrière, qui a osé remettre en question l’establishment. Le narrateur de ce documentaire, c’est le comédien britannique Michael Caine, acteur culte et emblématique de cette époque.  Comme un livre d’image de luxe, de nombreuses stars de l’époque nous livrent leurs souvenirs comme Mary Quant, Twiggy, Marianne Faithfull ou encore Paul Mc Cartney. Un film qui nous démontre aussi comment la pop-culture a participé à l’émancipation sociale et politique des jeunes. 

Je regrette un peu le côté très léger, des images d’archives déjà vues, un point de vue très en surface aussi et une certaine nostalgie béate " ah c’était mieux avant, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était... " Un discours finalement peu critique de la part d’une génération qui s’avère aujourd’hui moins ouverte d’esprit, en votant, notamment, en masse, pour le Brexit. Mais ce sentiment, très personnel, c’est sans doute, aussi, une question de génération....

Première année

C’est le nouveau film de Thomas Lilti, un ancien médecin devenu cinéaste. "Première année", c’est son 3ème film qui se déroule dans la sphère médicale. "Hippocrate" nous faisait vivre un internat en chirurgie, et "Médecin de campagne" accompagnait François Cluzet au fil de ses tournées de médecin traitant. Le point commun entre tous ses films : la justesse évidemment pour évoquer un milieu qu’il a finement observé de l’intérieur, et surtout, une réflexion qui sort du cadre médical pour évoquer de grandes questions de société, sans oublier l’aspect humain puisqu’il écrit toujours ses personnages avec tendresse.

Dans "Première année" qui sort donc cette semaine, nous suivons deux étudiants en première année de médecine : un jeune garçon qui sort du lycée et un camarade de classe qui retente le concours pour la 3ème fois. Rivalité ou entraide, amitié sincère ou intéressée ?  Il y a une réflexion sur les dérives de la machine universitaire qui broie de l’étudiant à coup de numerus clausus et de manque cruel de pédagogie. Humour, émotion et même suspens au programme de ce convainquant "Première année" ! 

Mademoiselle de Jonquière

Cette semaine sort également un film français, romantique mais cruel aussi ! Pour les amateurs de films en costume, de langage châtié et de badinage amoureux : voici "Mademoiselle de Jonquières" avec un joli duo d’acteur : Cécile de France et Edouard Baer, on se délecte de leurs joutes verbales. Le film est charmant mais souffre un peu de la comparaison avec "Les liaisons dangereuses", puisque nous sommes dans le même registre de manipulation des sentiments et de rivalité/vengeance entre deux amants. Classique et de bon goût, c’est le film délicat de la semaine !