La semaine cinéma de Cathy Immelen avec le retour d'Albert Dupontel devant et derrière la caméra

"Au revoir là-haut", le retour d'Albert Dupontel devant et derrière la caméra
4 images
"Au revoir là-haut", le retour d'Albert Dupontel devant et derrière la caméra - © Jérôme Prébois

C'est la bonne nouvelle de la semaine, Albert Dupontel est de retour, son nouveau film s’intitule "Au revoir là-haut" et il est adapté du célèbre roman prix Goncourt de Pierre Lemaitre. C'est la toute première adaptation de Dupontel qui préfère d'habitude filmer ses propres histoires et c'est surtout une super-production à la française puisque le film nous plonge dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale et dans les années folles qui ont suivi.

"Au revoir là-haut" marque un véritable tournant dans la carrière d’Albert Dupontel : il est toujours aussi inventif, engagé, singulier … avec cet humour à la fois tendre et burlesque mais il est moins frénétique que dans ses autres films, presque plus "classique". Je salue aussi la prestation de l’acteur Nahuel Perez Biscayart, quasi muet et couvert d’un masque pendant presque tout le film…. Nahuel, c’est l’une des révélations de l’année, vous l’avez vu peut-être dans "120 battements par minutes", on le reverra aux César !

Lumière, l'aventure commence

Ne loupez pas "Lumière, l’aventure commence", un bout-à-bout de 100 courts-métrages de Louis Lumière dans une qualité jamais vue jusqu’ici. Le super bonus de ce film ce sont les commentaires éclairés de Thierry Frémaux, le délégué général du festival de Cannes qui a bossé sur la rénovation de ces petits films et qui les remet en perspective dans l’histoire du cinéma.

Vous êtes un cinéphile super pointu, ou pas du touuuut, vous cherchez une sortie en famille : priorité numéro un sur "Lumière, l’aventure commence" ! C’est l’un des films sur l’histoire du cinéma les plus passionnants que j’aie jamais vu. Grâce aux commentaires de Thierry Frémaux, on redécouvre la vraie magie du cinéma. On voit qu’à l’époque tout est là, tout est déjà là. J’ai trouvé en tout cas que c’était très émouvant de redécouvrir le travail de ses pionniers. Le résultat sur grand écran est ludique et très amusant.

Happy Birthdead

Pour terminer, on se met dans l'atmosphère d’Halloween, avec la petite surprise du cinéma d’épouvante qu'on n'avait pas vu venir et qui s'est hissée direct en tête du box-office américain : "Happy Birthdead" ! La nouvelle production Blumhouse qui nous a déjà offert cette année d'autres succès comme "Split" ou "Get Out". Le scénario de "Happy Birthdead" est hyper original et surtout blindé d’humour. Imaginez "Un jour sans fin" mixé avec "Scream" : une jeune fille qui revit sans cesse la nuit de son meurtre, jusqu’à ce qu’elle puisse identifier son assassin.

Happy Birthdead c’est le film d’horreur fun et léger à voir entre potes … ou en amoureux pour se blottir l’air de rien. Un divertissement sans prise de tête qui jongle entre le film d'horreur slasher et la comédie ado façon "Lolita Malgré-moi". Je vous rassure : c’est plus drôle qu’effrayant.