La semaine cinéma de Cathy Immelen avec La prière, Revenge et God's own country

La semaine cinéma de Cathy Immelen avec La Prière, Revenge et God's own country
La semaine cinéma de Cathy Immelen avec La Prière, Revenge et God's own country - © Tous droits réservés

Au programme de cette semaine cinéma : un film français intéressant mais un peu ennuyeux, un "revenge movie" très glauque et une belle romance.

La prière

"La prière" est signé par l’un des réalisateurs français les plus intéressants de sa génération, le discret Cédric Khan qui cumule déjà 25 ans de carrière, et à qui l’on doit les très réussis "Vie sauvage" avec Mathieu Kassovitz ou "Une vie meilleure" avec Guillaume Canet. Dans son dernier film, récompensé au festival de Berlin, il est question de cure de désintoxication. Attention, pas en mode starlette dans une chic clinique privée…. Non, ici il est question de sevrage plus… spirituel. Les jeunes que nous suivons sont coupés du monde, à la montagne et c’est la prière et la foi qui sont censés les sauver. 

Cédric Khan ne porte pas de jugement sur ses personnages. On peut voir cette histoire comme celle d’une rédemption sincère par la foi ou, au contraire, une démonstration du remplacement d’une addiction par une autre… Cédric Khan montre qu'il est toujours aussi très fort dans le naturalisme de sa mise en scène, qui sonne très "documentaire", d’autant plus que le sujet est très intéressant…. Mais le scénario tire en longueur et au final, on s’ennuie un peu quand même. 

Revenge

Trois riches quadras se retrouvent pour leur partie de chasse annuelle, et l’un d’eux est venu avec sa jeune maîtresse qui attise rapidement la convoitise des deux autres... Les choses dérapent...beaucoup ! Voilà un film qui vient apporter sa pierre à l’édifice du "revenge movie" épicé de survival et d’une pointe de fantastique. On est clairement dans un cinéma de genre qui utilise les codes à outrances. C’est hyper trash, hyper violent et hyper esthétisé : on peut parler carrément d’exercice de style. Ça plaira aux fans absolus du genre, mais pour moi, c’était trop glauque, et assez insoutenable.

God's own country (Seule la terre)

Le meilleur pour la fin ! Mon coup de cœur de la semaine, le voici : "God’s own country", "Seule la terre" pour le titre en français. Un film britannique primé à Sundance qui est très fort et très touchant. C'est une histoire d’amour entre deux hommes dans la rudesse de la campagne anglaise. Le film déjoue les clichés sur l’homosexualité et nous dépeint plutôt l’apprentissage de l’amour et l’acceptation de soi. Les acteurs sont formidables, émouvants, les scènes d’amour très belles. A cela s'ajoute l’atmosphère si particulière et la beauté de la campagne anglaise…C’est la petite perle de la semaine !