La semaine cinéma de Cathy Immelen avec In the Fade, Darkest Hour et Ami-ami

In the Fade
3 images
In the Fade - © DR

Cette semaine voit la sortie de deux films très attendus, primés aux Golden Globes, "Darkest Hour" et "In the Fade".

In the Fade

Tout d’abord, le film "In the Fade" du cinéaste allemand d’origine turque : Fatih Akin, Golden Globe du meilleur film étranger et prix d’interprétation au festival de Cannes pour l’actrice Diane Kruger. Elle interprète le rôle d’une jeune femme qui perd son mari et son fils lors d’un attentat néo-nazi. Mais comment vivre, ou survivre après un drame aussi terrassant ? Après le deuil et l’injustice, viendra le temps de la vengeance…

"In the fade" est un film implacable, dur mais qui a la belle idée de nous offrir un autre point de vue sur cette actualité glaçante autours des attentats, celui des victimes, celui de ceux qui restent. Ce film est tout autant politique qu’intime car avant tout, c’est le parcours d’une femme en deuil que nous suivons. Et c’est en effet la plus belle prestation de Diane Kruger à ce jour, elle est déchirante.

Darkest Hour

Une autre prestation remarquée cette semaine, c’est celle de Gary Oldman, et elle lui a fait remporter le Golden Globe du meilleur acteur.

Gary Oldman est exceptionnel, méconnaissable dans la peau de Winston Churchill, dans Darkest hour, un drame historique qui revient sur les heures sombres qu’a traversées Churchill, devenu premier ministre en pleine seconde guerre mondiale. Ce film serait en quelque sorte le contre-champs du "Dunkerque" de Christopher Nolan, les coulisses, cette fois, politiques, de l’opération Dynamo. Bon, je ne vous cache pas qu’il faut déjà un peu s’intéresser à ce moment précis de la seconde guerre mondiale pour bien comprendre toutes références historiques. Mais, dans le cas contraire, pas de panique, Gary Oldman vous scotchera quand même dans votre fauteuil.

Ami-ami

Enfin, quelques mots sur mon gros coup de cœur de la semaine avec "Ami-ami", un vent de fraîcheur bien salutaire dans la comédie française.

Voici enfin, une comédie hexagonale sans clichés pourris, sans blagues entendues déjà mille fois et sans Christian Clavier. Moi je dis Alléluia ! "Ami-Ami", c’est un ton super singulier, des dialogues modernes - les trentenaires se reconnaîtrons ! - et des nouvelles têtes d’acteurs plein de peps. Et le plus important, c'est très drôle !