La semaine cinéma de Cathy Immelen avec BlacKkKlansman, L'amour est une fête, et Ramenshop

La Sortie de la semaine, c'est le nouveau film de Spike Lee, BlacKkKlansman, inspiré d'une incroyable histoire vraie.

BlacKkKlansman

C'était une des sensations à Cannes, avec le Grand Prix du festival à la clef, le dernier Spike Lee donc : "BlacKkKlansman". Cette histoire vraie, incroyable et c’est le moins que l’on puisse dire, c’est celle de Ron Stallworth, le premier policier noir dans la ville de Colorado Springs dans les années 70.

Un policier qui décide d'infiltrer le groupe raciste du Ku Klux Klan : pratiquement, c'est Ron le noir qui passe les coups de fil et son collègue blanc qui va aux rendez-vous. Et dans l'Amérique de Donald Trump, choisir de raconter ce genre d’histoire au cinéma, c'est forcément du cinéma politique ! Comme tous les films de Spike Lee d’ailleurs, qui est Le cinéaste emblématique de la cause noire aux USA.

Souvent drôle, mais inutilement long aussi, autant cool que parfois trop appuyé, "BlacKkKlansman" est un Spike Lee inégal. On l’a connu plus inspiré, plus intense.... Par contre, la fin de son film est très forte : il nous rappelle que les crétins du Ku klu Klan de l’époque, sont les mêmes crétins qui foncent dans la foule à Charlottesville aujourd’hui.  : ça fait froid dans le dos, et cette piqûre de rappel est au final plutôt nécessaire !

L'amour est une fête

Encore une histoire de flics infiltrés, avec deux acteurs français au top de leur popularité : Guillaume Canet et Gilles Lellouche. Figurez-vous que les deux potes se lancent dans le porno !!! Enfin, plutôt dans un film qui se déroule dans le milieu du porno, et pas dans un film X pour du vrai.... Bref, "L’amour est une fête", un joli titre d’ailleurs, c’est l’histoire de deux flics qui infiltrent l’univers des peep shows et du cinéma "d'amour" pour prendre sur le fait, des blanchisseurs d'argent. On ne peut pas vraiment parler de film policier. C'est plus une comédie tendre avec une galerie de personnages très "ouverts d’esprit" !

Dans "L’amour est une fête", on peut saluer l’immersion dans les années 80 décomplexée : il ne manque plus que des Cocos girls et la Cicciolina et on y est ! Bravo aussi pour avoir réussi une comédie loufoque sur un milieu sulfureux, sans vulgarité, ni moment glauque, ni cynisme. Après, je suis moins d’accord avec le tout petit espace laissé à la femme et l’histoire qui est quand même assez brouillonne : le film est très bien filmé mais trop naïvement nostalgique pour moi...

Ramenshop

Le gros coup de cœur de la semaine va à un film plutôt confidentiel, un petit film asiatique signé Eric Khoo : Ramen Shop. Une touchante histoire de famille et de cuisine. C’est d’une simplicité désarmante, un film doux et gourmand, un feel good movie exotique !