La semaine cinéma de Cathy Immelen avec Alien Covenant, Their Finest et Corporate

Alien Covenant
3 images
Alien Covenant - © DR

"Alien" est enfin de retour avec un nouvel épisode de la saga horrifique de l’espace.  Et c’est Ridley Scott, le réalisateur du 1er film qui s’y colle avec ce "Alien Covenant" dont l’intrigue se situe après "Prometheus" et avant le premier "Alien". Alors quoi de neuf dans l’espace ? Un vaisseau en vadrouille dans l’espace a un accident, il fait une petite halte sur une planète en apparence accueillante… en apparence seulement…

Le nouvel "Alien", je vous préviens, est fait pour un public averti, voire un peu connaisseur de l’univers Alien / Promotheus parce que tout n’est pas réexpliqué et c’est assez complexe. C’est de la science-fiction de haut-vol : efficace et prenante, un mélange hyper réussi de suspense, d’action, d’horreur et même de questionnement métaphysique !

Ridley Scott a réussi son pari : inscrire la franchise dans quelque chose de plus profond que le simple film de genre tout en assumant un rythme effréné, une certaine cruauté et un plaisir très ludique !

Their Finest

Si vous cherchez la délicatesse cette semaine elle sera du côté de "Their Finest" avec Bill Nighy et Gemma Arteron. L’histoire se déroule à Londres sous les bombardements allemands de la Seconde Guerre mondiale. La jeune Catrin est engagée par l’état pour écrire le scénario de films de propagande. En temps de guerre, il faut entretenir le moral des troupes, bien sûr, mais aussi celui des spectateurs, des familles anglaises dont il faut motiver l’effort de guerre.

"Their finest" est un petit délice de film anglais : drôle, émouvant et super instructif sur la place des femmes pendant la guerre et sur le rôle du cinéma à cette époque. Un joli film bourré de qualités, il y a même un petit côté comédie romantique british très plaisant.

Corporate

Voici mon coup de cœur de la semaine : "Corporate", qui s’intéresse à un endroit où nous passons une énorme partie de notre vie : non, pas notre lit ni les embouteillages…. je parle bien sûr du lieu de travail. Et oui, tout le monde n’a pas la chance d’avoir comme nous des super collègues, et il faut bien le dire, le monde de l’entreprise n’est pas toujours le monde des bisounours.

L’histoire de "Corporate" démarre avec le suicide d’un employé d’une grosse boîte, et sa responsable des ressources humaines va se retrouver dans le collimateur de l’inspection du travail !