Les Arméniens. Images d'un destin : Exposition au Musée de la Photographie

Les Arméniens. Images d’un destin : Exposition au Musée de la Photographie
Les Arméniens. Images d’un destin : Exposition au Musée de la Photographie - © © Antoine Poidebard

À l’occasion du centenaire du génocide arménien, le Musée de la Photographie de Charleroi présente jusqu’au 17 mai une exposition de photos d’archives consacrée au peuple arménien. Le reportage de Pascal Goffaux.

Les jésuites, témoins du drame arménien

Des horreurs perpétrées contre les Arméniens au début du XXe siècle dans l’Empire ottoman, il ne reste que peu de traces. Les photographies étaient interdites lors des déportations et la censure empêchait les médias de faire mention des exterminations. Mais quelques images nous sont parvenues grâce à des missionnaires jésuites. Ils ont collecté ou réalisé des photographies de ruines, de déportés ou d’orphelins dans les centres de réfugiés d’Alep ou de Beyrouth. Parmi eux : Antoine Poidebard (1878-1955) et Guillaume de Jerphanion (1877-1948), deux hommes qui se révélèrent photographes de talent.

Des images pour la Mémoire

Près de 100 photographies sont exposées au Musée de la Photographie à Charleroi. Elles sont issues des collections de la Photothèque de la Bibliothèque orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, qui possède au total 3 000 à 4 000 clichés concernant l’Arménie. Il s’agit soit d’épreuves originales, soit de tirages réalisés à partir de négatifs par le laboratoire du Musée de la Photographie. Les clichés témoignent de la réalité des Arméniens avant, durant et après le génocide, des déportations, des massacres, de la diaspora arménienne en Syrie et au Liban et de la vie des réfugiés.

Hayots tseghaspanoutyoun

1.500.000 : c’est le nombre approximatif d’Arméniens ayant perdu la vie lors du premier génocide du XXe siècle. Perpétré entre avril 1915 et juillet 1916 par le gouvernement jeune-turc qui dirigeait alors l’Empire ottoman, il n’est pourtant reconnu que par une vingtaine d’États.

 

 

Les Arméniens. Images d’un destin, au Musée de la Photo à Charleroi jusqu’au 17 mai.