Mostra 2018 : "The favourite", un premier rôle en costume pour Emma Stone

Le casting de "The Favourite", avec Nicolas Hoult, Emma Stone, le réalisateur Yorgos Lanthimos, Olivia Colman et Joe Alwyn
5 images
Le casting de "The Favourite", avec Nicolas Hoult, Emma Stone, le réalisateur Yorgos Lanthimos, Olivia Colman et Joe Alwyn - © FILIPPO MONTEFORTE - AFP

Les femmes étaient à l’honneur dans les films présentés en compétition hier à la 75ème Mostra de Venise. La star du jour, c’était l’actrice américaine Emma Stone, détentrice d’un Oscar. Elle venait défendre le premier rôle en costumes de sa carrière dans le drame historique "La favorite" .

The Favourite

"La favorite" nous emmène en Angleterre au début du XVIIème Siècle. Le pays est en guerre contre la France ; la Reine Anne occupe le trône, mais en réalité, c’est son amie Sarah, Duchesse de Marlborough qui tire les ficelles du pouvoir. Jusqu’au jour où une cousine désargentée de la duchesse, Abigail, vient lui demander de la prendre sous son aile. Sarah accepte et bientôt, les deux jeunes femmes vont rivaliser d’astuce pour devenir la préférée de la Reine.

Le film est réalisé par Yorgos Lanthimos, ce cinéaste grec qui s’est déjà fait remarquer à Cannes avec des films étranges, comme"The lobster" ou "La mise à mort du cerf sacré". Avec "La favorite", Lanthimos s’amuse à dépoussiérer et à dynamiter tous les codes du drame historique, il signe une tragi-comédie très "rock and roll", filmée au grand angle déformant, où tous les coups fourrés sont permis.

Emma Stone incarne Abigail avec le charisme qu’on lui connaît, Rachel Weisz est une duchesse dominatrice et Olivia Colman, actrice anglaise vue dans "Broadchurch", campe une Reine lunatique et infantile à souhait… Les trois talentueuses actrices se sont bien amusées, et leur plaisir est communicatif, car le film a été très applaudi par la critique.

Roma

Pas de star par contre au générique du 2ème film : "Roma" du cinéaste mexicain Alfonso Cuaron…

Pas de star, mais deux beaux personnages féminin au cœur de cette chronique familiale qui ne se déroule pas dans la capitale italienne, mais à Roma quartier de Mexico où Cuaron a grandi. Le cinéaste de "Gravity" livre ici son film le plus personnel, inspiré par ses souvenirs d’enfance dans les années 70. Il y a deux femmes importantes dans "Roma" : Cleo, la domestique qui garde les enfants et Sofia, la mère, la maîtresse de maison. Cléo tombe enceinte mais son fiancé l’abandonne, et Sofia voit son mari médecin quitter le domicile conjugal sans se retourner sur ses enfants.

Alfonso Cuaron rend hommage à ces deux femmes de conditions sociales très différentes mais réunies par un même courage. Il signe un film en noir et blanc porté par une mise en scène très sophistiquée, avec des élégants plans-séquences, mais c’est une mise en scène au service d’une histoire en fin de compte assez banale. Cuaron raconte une histoire vraie dans "Roma", la sienne, mais ce n’est pas parce que c’est vrai que c’est forcément très intéressant.