Mostra Jour 4 George Clooney, star de la Mostra avec une satire politique, "Suburbicon"

George Clooney star à Venise
3 images
George Clooney star à Venise - © FILIPPO MONTEFORTE - AFP

La star de ce samedi, c’est sans conteste George Clooney, qui vient présenter en compétition son 6ème long-métrage comme réalisateur, intitulé "Suburbicon"… C’est à la fois un film noir et une satire politique, avec en vedette Matt Damon et Julianne Moore.

 

Nous sommes dans l’Amérique florissante des fifties, bienvenue à "Suburbicon", la banlieue idéale où tout est merveilleux… Jusqu’au jour où un couple noir ose s’installer dans ce paradis, ce qui provoque la contestation de toute la population blanche. Dans ce contexte très tendu, un habitant – Matt Damon – vit un drame familial : une agression par des malfrats qui provoque la mort de sa femme. Mais il ne faut pas de fier aux apparences dans "Suburbicon".

A l’origine, le film est un projet qui date des années 90, mis en chantier par les frères Coen. Grand complice des deux cinéastes, George Clooney devait initialement jouer dans "Suburbicon". Il a décidé il y a deux ans de sortir le projet des tiroirs, et en développé l’écriture pendant la campagne électorale de Donald Trump. La toile de fond de son film a évidemment une résonance contemporaine : on peut voir la banlieue de Suburbicon comme une allégorie de l’Amérique de Trump, avec son fantasme du mur entre le Mexique et les USA. A la conférence de presse, George Clooney n’a pas caché pas qu’il est aujourd’hui un citoyen en colère :

Si vous venez aux Etats-Unis, où que vous alliez” dit Clooney, vous entendez gronder une colère que je n’ai plus ressentie depuis le Watergate, il y a un grand nuage noir qui plane au-dessus de notre pays en ce moment.

La star a malgré tout affirmé rester optimiste et vouloir croire en la jeunesse américaine, comme le montre son film. A la fin de la conférence de presse, un journaliste italien lui a demandé s’il n’avait pas envie de devenir président des USA. " Ce serait fun ! " a-t-il répondu. Aussitôt Matt Damon a ajouté : " J’aimerais que n’importe qui d’autre soit le prochain président, et tout de suite, s’il vous plaît ! " Un excellent mot de la fin pour une conférence de presse brillante, avec un trio d’artistes – Clooney, Damon, Julianne Moore – qui n’ont jamais caché leur engagement démocrate.

Et "Suburbicon", dans tout ça ? Évidemment, le fantôme des frères Coen plane un peu sur le film, leur humour noir est omniprésent, mais Clooney a réussi à y ajouter sa touche personnelle, sans doute un peu plus tendre et moins grinçante que celle des auteurs de "Fargo". C’est sans conteste son meilleur film depuis "Good night and good luck".