Mostra jour 11 Les pronostics

Martin McDonagh pourrait bien recevoir le Lion d'or du meilleur film ou peut-être celui du meilleur scénario pour "Three Billboards Outside Ebbing, Missouri"
2 images
Martin McDonagh pourrait bien recevoir le Lion d'or du meilleur film ou peut-être celui du meilleur scénario pour "Three Billboards Outside Ebbing, Missouri" - © TIZIANA FABI - AFP

C’est ce soir que le jury présidé par l’actrice américaine Annette Bening va dévoiler le Palmarès de la 74ème édition de la Mostra de Venise. Inévitablement, c’est l’heure des pronostics…

Un constat s’impose : les productions anglo-saxonnes ont dominé cette cuvée 2017. Ce qui rend la tâche du jury délicate : il ne peut pas primer que des talents américains et anglais !

Néanmoins certains films s’imposent… Imaginons un palmarès plausible.

Lion d’Or du meilleur film : " Three Billboards " de Martin Mc Donagh. C’est LE grand favori de la critique. Faux polar, plongée dans l’Amérique profonde. Dialogues spirituels en diable, casting savoureux… Un Must.

Lion d’Argent, Grand Prix du jury : " Foxtrot " de l’Israëlien Samuel Maoz. Plus expérimental, plus pointu, mais aussi très bien coté.

Lion d’Or du meilleur réalisateur : Guillermo del Toro pour " The Shape of water ". C’était le film favori des sondages… Jusqu’à la projection de " Three Billboards ". Cela reste un magnifique conte fantastique.

Coppa Volpi pour la meilleure actrice et le meilleur acteur : Helen Mirren et Donald Sutherland dans " The Leisure Seeker ". Ils sont grandioses en vieux Américains de la middle class qui font un dernier voyage avant de mourir… Et ce serait une façon de récompenser le cinéma italien puisque le film est écrit et réalisé par Paolo Virzi. Ou alors Charlotte Rampling, impériale dans " Hannah " d’un autre Italien, Andrea Pallaoro.

Meilleur scénario : " Three Billboards ", de loin… Ou alors " Suburbicon " des frères Coen et de George Clooney…

Meilleur nouvel acteur : le jeune Charlie Plummer pour " Lean on Pete " d’Andrew Haigh

 

Évidemment, il y a beaucoup trop de talents anglo-saxons dans cette liste. Et dans un jury composé de neuf sensibilités et nationalités différentes, tout peut arriver. Y compris de récompenser Abdellatif Kechiche, hué par une frange de la critique et adulé par une autre pour son épouvantable "Mektoub, my love".