Festival de Cannes, le 5ème film en compétition : "Zimna wojna" (Guerre froide), un amour impossible

Le réalisateur polonais Pawel Pawlikowski est venu présenter le film "Cold War (Zimna Wojna)" à Cannes
2 images
Le réalisateur polonais Pawel Pawlikowski est venu présenter le film "Cold War (Zimna Wojna)" à Cannes - © VALERY HACHE - AFP

Avec son film précédent, "Ida", portrait d’une religieuse en crise, le cinéaste polonais Pavel Pawlikowski avait remporté l’Oscar du meilleur film étranger. Il débarque sur la Croisette avec, à nouveau, un film tourné en noir et blanc et en grande partie dans son pays natal.

L’action se déroule au début des années 50. Wiktor, pianiste et chef d’orchestre, parcours la campagne pour auditionner des jeunes talents afin de constituer une chorale professionnelle. Il tombe immédiatement amoureux de Zula, une chanteuse au caractère bien trempé. La chorale doit se plier aux diktats du régime et vanter les mérites du communisme stalinien. Étouffant dans ce contexte, Wiktor parvient à franchir le rideau de fer pour rejoindre Paris et les clubs de Saint-Germain-des-Prés. Zula finit par le rejoindre, mais la jeune femme vit mal son exil parisien, elle n’y retrouve pas pleinement l’homme qu’elle aimait en Pologne…

En moins d’une heure et demie, Pawlikowski dépeint le trajet de ce couple sur une décennie, ses séparations et ses retrouvailles, ses moments de passion et de désespoir. Dans une succession de scènes très brèves, filmées en noir et blanc et cadrées à la perfection dans un format carré, "à l’ancienne", le cinéaste évoque une foule de thèmes : l’évolution d’une femme, le régime communiste et la difficulté de l’oublier, le déracinement… Pawlikowksi réussit à la fois un film sublime sur le plan esthétique et d’une grande profondeur émotionnelle. Quels que soient les autres films à découvrir dans la compétition, il mérite d’ores et déjà une place de choix au palmarès.