Cannes Jour 12 : L'heure des pronostics

La Palme d'or du 70e Festival de Cannes
La Palme d'or du 70e Festival de Cannes - © FABRICE COFFRINI - AFP

Quand aucun grand favori ne se dégage dans une sélection officielle qui a suscité bien des déceptions, le jeu des pronostics est difficile. Un film semble assuré de se retrouver au palmarès : "120 battements par minute" de Robin Campillo. Parce que son sujet sensible – le portrait du mouvement Act Up à Paris en 1990, au cœur des années SIDA – en a fait le chouchou de la presse française, et devrait émouvoir le président du jury Pedro Almodovar. Un autre film plébiscité par la presse, mais cette fois internationale, c’est le film russe d’Andrei Zviagintzev, "Faute d’amour", drame d’une grande maîtrise sur un enfant de parents en instance de divorce qui disparaît. C’est personnellement ma Palme d’Or.

Du côté des prix d’interprétation, l’actrice allemande Diane Kruger a frappé fort avec son rôle de mère qui se demande comment survivre après un attentat à la bombe qui a tué son mari et son fils, dans le film "In the fade" de Fatih Akin. C’est un des rôles féminins les plus mémorables du festival.

Enfin, du côté masculin, c’est plus compliqué. Une révélation de l’année sur la Croisette, c’est sans conteste l’acteur danois Claes Bang, qui crève l’écran dans le film "The Square ". Lui donner un prix serait une manière de récompenser cette satire grinçante qui, quoique trop longue, est un des films les plus originaux du Festival.

 

Mon palmarès idéal

Palme d’Or : " Faute d’amour " d’Andrei Zvyagintsev

Grand Prix du jury: " You were never really here " de Lynne Ramsay

Prix du jury: "L’amant double” de François Ozon

Prix de la mise en scène : " Wonderstruck " de Todd Haynes

Prix du scénario : " The Square " de Ruben Oslund

Prix d’interprétation masculine : Claes Bang pour "The Square "

Prix d’interprétation féminine : Diane Kruger pour " In the fade "