Coronavirus : une perte de 25% de chiffre d'affaires pour le secteur de l'édition en Europe

Les éditeurs font partie des dommages collatéraux de la crise du coronavirus et le confinement qui y en découle
Les éditeurs font partie des dommages collatéraux de la crise du coronavirus et le confinement qui y en découle - © Image par Manolo Franco de Pixabay

"Selon une enquête de la Fédération des Éditeurs Européens (FÉE) auprès de ses membres, le secteur de l’édition aurait déjà subi une perte cumulée de quelque 25% du chiffre d’affaires estimé pour 2020", annonce l’Association des Editeurs belges (ADEB) sur son site internet.

Librairies fermées, sorties de livres reportées, nouveaux titres annulés… Ce sont là les quelques conséquences tangibles de la crise du coronavirus sur le secteur de l’édition.

Malgré tout, les initiatives de ce secteur, pourtant gravement touché par la crise sanitaire et le confinement qui en découle, se multiplient depuis plusieurs semaines pour soutenir les citoyens reclus à cause du confinement. "On songe par exemple aux éditeurs scolaires qui soutiennent les écoles avec leurs contenus numériques et leurs plateformes didactiques, mais il y en a bien d’autres", avance l’ADEB, qui demande une aide concrète et urgente pour que ces initiatives à caractère social puissent continuer à voir le jour et éviter que le secteur tout entier ne bascule.

En effet, au-delà des éditeurs scolaires qui ont rapidement mis à disposition des élèves leurs manuels scolaires en ligne, beaucoup d’éditeurs ont commencé à offrir des livres en version e-book.

À lire sur ce sujet : "Et si on relisait le "Manuel de survie à l’usage des incapables"?

L’ADEB rejoint un mouvement à plus large échelle, celle de l’Europe, pour que les ministres européens de la culture s’engagent à prendre une série de mesures qui viendront soulager le secteur de l’édition.