Vortex : dans l'antre de Charles Burns

Vortex
3 images
Vortex - © Cornélius

Les éditions Cornélius publient Vortex, un inédit autour de la série Toxic de Charles Burns.

 

Dans le domaine ufologiste, des ovniologues, le vortex est la porte d’entrée d’une dimension parallèle. Il est synonyme d’un voyage temporel inexplicable, et c’est exactement ce qu’évoque le dernier tome de la trilogie de Charles Burns.

 

Vortex vient compléter la trilogie Toxic de l’auteur américain de BD mythique, Charles Burns. Il s’agit d’un mélange de coulisses et de planches inédites. On y trouve des fausses affiches de comics, des photographies, des fausses couvertures de magazines érotiques et des références à la culture populaire US, le tout agrémenté d’un langage inventé par le maître Burns. 

 

Vortex n’est pas une bande dessinée à proprement parler, il s’agit plutôt d’un ouvrage artistique qui agrémente l’univers de la trilogie. Dans les trois premiers tomes, Burns peint les aventures de Doug, un jeune américain moyen accro à l’opium et en proie à des délires parallèles oniriques. Il s’enfuit de son morne quotidien dans ses rêves, où il revêt un masque de Tintin, un hommage à Hergé qui se confirme sur la couverture du premier tome Toxic. Durant ses trois tomes, Toxic, La Ruche, Calavera, c’est l’évolution de Doug que l’on suit et son irrémédiable chute dans un univers de moins en moins compréhensible.

Edité chez Cornélius, Vortex sort en même temps que Love Nest, un autre roman graphique d’un genre particulier de Charles Burns. Il achève sa trilogie et arrive après le chef d’œuvre absolu de Burns : Black Hole, une BD où les jeunes d’une petite ville américaine se font infecter par une MST d’un genre étrange.

 

Vortex de Charles Burns
Sorti en novembre 2016

Chez Cornélius