Une oeuvre numérique vendue 69,3 millions de dollars chez Christie's, un record

Une oeuvre entièrement numérique de l'artiste américain Beeple a été vendue jeudi 69,3 millions de dollars par la maison d'enchères Christie's, un record qui témoigne de la révolution en cours sur ce marché longtemps confidentiel.

Pour son oeuvre Everydays: the First 5.000 Days, Beeple a réalisé des dessins et des animations durant 5.000 jours d'affilée qu'il a ensuite rassemblés dans un gigantesque pêle-mêle numérique. Avec cette vente, Beeple se classe parmi les trois artistes les plus chers du monde de leur vivant, tous supports confondus. Âgé de 39 ans, Mike Winkelmann alias Beeple, était connu pour ses projets numériques et collaborations mais il n'avait encore jamais vendu d'oeuvre à son nom avant fin octobre 2020.

4 images
"Everydays: the First 5.000 Days", Beeple © Christie's

La folie des niftys

La vente de jeudi illustre la montée en puissance d'une nouvelle technologie d'authentification dénommée NFT - qui signifie "jeton non fongible". Cette technologie permet aux acheteurs d'acquérir la propriété d'un "nifty", un bien numérique, généralement une image, une animation ou une vidéo, sous la forme d'un jeton numérique unique présent sur une blockchain, une base de données distribuée. Désormais, on peut commercialiser à peu près tout ce qui est imaginable sur internet, des albums musicaux aux tweets de personnalités en passant par des extraits vidéos - de quelques secondes - de matches de basket que la NBA commercialise sur sa plateforme NFT "Top Shot". 

4 images
"Top Shot", la plateforme NFT de la NBA © NBA

Grimes et Kings of Leon 

Mais pourquoi dépenser des milliers d'euros pour une image ou une video qu'on peut retrouver ailleurs sur le net ? Pour le plaisir d'en posséder la "matrice" authentique et inaltérable; un jeton peut être comparé à un certificat d'authenticité car il est signé cryptographiquement par l'artiste. La propriété et l'historique des échanges peuvent aussi être suivis sur la blockchain. Cela permet de lutter contre le plagiat et peut être utilisé pour vérifier les droits d'auteur. La technologie NFT permet aussi de rémunérer les artistes qui peuvent obtenir un pourcentage à chaque revente de leur oeuvre. L'autre intérêt majeur, c'est évidemment l'ouverture d'un nouveau marché et la spéculation. De nombreuses places de marché ont vu le jour comme Nifty Gateway, Proof of Art, Super Rare ou Open Sea.

Partant du principe que ce qui est rare est cher, les musiciens comme Grimes et Kings of Leon, créent des niftys exclusifs avec des images inédites et des bonus. Fin février, la canadienne Grimes a vendu 10 oeuvres d'art pour 6 millions de dollars. Certaines étaient uniques, comme la video intitulée Death of the Old (vendue 388,938$ ci-dessus) et d'autres proposées en milliers de copies.

Le 5 mars 2021, une date historique ?

Le groupe Kings of Leon est le premier à proposer une version NFT de son nouvel album When you see yourself ", en plus des supports et plateformes de téléchargement habituels. La version nifty contiendra des bonus : une pochette animée, des oeuvres d'art numérique de Night after night, le partenaire créatif de Kings of Leon et un vinyle en édition limitée estampillé avec votre numéro de jeton, en plus des morceaux à télécharger. 

Le tout contre 50 dollars disponible pendant 2 semaines uniquement. De plus, 18 niftys "Golden Tickets" qui donnent droit à assister en VIP à tous les concerts à venir du groupe seront mis parcimonieusement aux enchères. On le voit, la folie des niftys ne fait que commencer. Et la marchandisation des oeuvres avec elle. 

 

4 images
Kings of Leon a sorti le premier album NFT © yellowheart.io