The Political Body : quand littérature et musique s'unissent corps et âme

Sandra Kolstad, Jonas Barsten & Kristina Leganger Iversen
Sandra Kolstad, Jonas Barsten & Kristina Leganger Iversen - © DR

Dans le cadre de son Nordic Fall, BOZAR a invité le projet suédois “The Political Body” qui met en musique les écrits du corps, ça s’est passé le 16 novembre.

 

Dans “Qui a tué mon père” (2018), l’écrivain français Edouard Louis raccroche la souffrance corporelle de son père à l’histoire politique ou comment les réformes des gouvernements successifs français n’ont eu de cesse de le consumer. Dans une belle lettre à son père, il évoque l’histoire de ce corps d’abord libre quoique soumis aux diktats de la masculinité, puis à sa transformation. L’absence d’études qui mène à l’usine à l’accident puis l’obligation de reprendre le travail pour survivre et la douleur, comme si tout était écrit à l’avance. Dans cet ouvrage bouleversant comme Edouard Louis en a le secret, il accuse le système, le politique qui a contraint le corps paternel et qui tue les plus précaires en rabotant les aides, en contraignant, en creusant le fossé des inégalités et leurs propres tombes.

 

Le corps façonne notre identité, mais est aussi soumis au contrôle des autres et de la société. Il détermine nos conceptions sur le genre et la race.

 

Edouard Louis, tout comme Athena Farrokhzad et Kristina Leganger Iversen réunis dans ce programme mettent en lumière les pressions sociétales sur les corps. Comment le regard des autres, les injonctions, les us et coutumes mettent à l’épreuve les enveloppes humaines, les affaiblissent et vont jusqu’à les épuiser. Les femmes qui enfantent dans la douleur, qui sont culpabilisées sans cesse, les plus précaires qui meurent à petit feu, qui sont culpabilisés sans cesse, les humains qui se sont élevés par l’esprit en oubliant leur corps, en oubliant leur part animale.

 

Né à Oslo en 2017, le projet The Political Body réunit trois écrivains et deux musiciens, Sandra Kolstad et Jonas Barsten pour une performance ardente. Tapissés d’électro-pop, les textes gagnent en émotions et deviennent performatifs, prennent vie et trouvent une résonance dans le corps qui le clame. Même si Edouard Louis n’a pu personnellement donner vie à son texte lors de cette soirée, son remplaçant, Yoann Blanc, le comédien bruxellois a rendu hommage à la force de ses mots.

 

Informations pratiques

Nordic Fall à BOZAR jusqu’au 15 décembre

Retrouvez les performances The Political Body sur la chaîne YouTube du Litteraurhuset i Oslo.