Tech et X : une liaison pornographique

La pornographie a accompagné l'essor de la technologie.
3 images
La pornographie a accompagné l'essor de la technologie. - © iStock

Minitel, VHS, réalité virtuelle… l’industrie pornographique a toujours appuyé là où il le fallait. Le développement de plusieurs technologies doit en en effet son salut à l’aguicheur porno.

 

Chaque année, la pornographie génère environ 70 milliards de dollars, dont 5 sur Internet (chiffre en hausse). Elle est devenue un véritable secteur, et la prémisse de libération de parole autour du sexe incite de plus en plus à s’intéresser à la dite-chose. En se penchant sur son évolution, on peut remarquer que le porno et la technologie sont intimement liés. Petit historique d’une relation fructueuse, dans l’antichambre de la technologie.

Au commencement, la VHS

Si l’on réduit la pornographie aux films X, ceux-ci sont apparus dans les années 1970 et ont évolué jusqu’à devenir un genre à part entière. La pornographie a véritablement émergé avec la commercialisation de la VHS. Il fut alors bien plus commode d’acheter des cassettes, affublé d’un long manteau beige pour un visionnage loin des regards. Jusqu’alors, pour une séance érotique, il fallait non seulement un trench mais aussi se déplacer. Les projections étaient plus ou moins douteuses, et plus ou moins publiques. La VHS correspond à cette recherche de discrétion préconisée par une pratique onanique classique.

 

La pornographie a rencontré son public grâce aux cassettes, mais elle n’est pas étrangère non plus au développement de la VHS. En effet dans les années 70, deux formats étaient en concurrence : Betamax et VHS. Betamax détenait le monopole mais la VHS l’a supplanté, grâce au soutien de l’industrie pornographique. Ce sera la première preuve de la force du secteur. Même si le porn a plus tard parié sur le mauvais cheval dans la guerre HD DVD/Blu Ray, les intuitions du secteur sont dès lors très suivies.

Vieux rose et Minitel

Dans les années 80, c’est sur une autre forme de technologie que s’appuie le secteur. Le porno va investir le Minitel et créer son versant rose. Le Minitel Rose aura un succès incroyable et introduira une notion d’échange inédite : des conversations coquines (pour le cas du Minitel Rose) entre utilisateurs en direct ou par messagerie. La réputation sulfureuse du Minitel tiendra moins au glamour de ses pixels qu’à son côté anonyme et son intraçabilité. Malheureusement, l’ère du Minitel a pris définitivement fin en 2012, laissant en deuil toute la communauté du 3615.

 

Haut débit et streaming

Dès l’apparition d’Internet, le porno a investi la toile. Encore une fois, les pontes de l’industrie ont flairé le côté révolutionnaire qui allait s’en suivre. Le haut débit et le visionnage de vidéo en streaming ont été choisis très vite pour la diffusion de vidéos X, pour des soucis de qualité et praticité.

 

L’industrie pornographique par sa présence réussira à booster les améliorations technologiques de façon exponentielle dans ces deux domaines aujourd’hui communs. Le paiement en ligne sera également fortement développé par le porno. Dès 1998, un milliard de dollars ont été déboursés pour des vidéos X online : un chiffre très important et évocateur pour l’époque.

L’avenir : la Réalité virtuelle

 

Alors que la réalité virtuelle est en plein développement, l’industrie du divertissement pour adultes propose déjà des vidéos en 3D compatibles Oculus Rift. Le "Porno à la première personne", sous-genre de réalité virtuelle, intéresse de plus en plus le public. Des journalistes comme Stuart Heritage du très respecté Guardian, vont même jusqu’à tenter l’expérience. D’autres avaient déjà été invités à Cannes en 2010 pour une projection d’un Avatar version X en 3D. Encore une preuve que l’industrie du porno possède non seulement du flair mais aussi un certain sens de la communication.

 

 

Aujourd’hui, technologie et pornographie entretiennent plus que jamais un rapport étroit. L’avenir serait vers la portabilité et particulièrement le mobile. Le secteur pornographique a compris les enjeux de l’époque, et se veut toujours plus proche et à l’écoute des désirs de son consommateur…