Spaces : le jour où Facebook a inventé la VR sociale

Spaces : le jour où Facebook a inventé la VR sociale
2 images
Spaces : le jour où Facebook a inventé la VR sociale - © Tous droits réservés

Il y a trois jours, le grand F a annoncé sa direction pour l'année à venir, c'était lors de la conférence F8, pour les développeurs. Sans surprise la réalité virtuelle est au coeur de sa stratégie, et Facebook a lancé par la même occasion sa version bêta de "Spaces".

 

Quand le réseau social numéro a racheté Oculus Rift pour 2 milliards de dollars en 2014, on se doutait bien que le groupe avait une idée derrière la tête, une mine d'or dans les mains et une technologie devant les yeux. On sait désormais vers quoi se dirige concrètement Facebook avec le lancement de Spaces, une application de réalité virtuelle sociale.

 

Pour utiliser cette application et pénétrer ce nouveau monde, il faut se coiffer d'un casque de réalité virtuelle (VR) et laisser Facebook créer votre avatar à partir de votre photo de profil. L'avatar est personnalisable, de la couleur des yeux à la nature des cheveux en passant par les expressions faciales. Il faut ensuite sélectionner un environnement (à partir d'une photo par exemple) dans lequel rencontrer ses amis. C'est comme si on était plongés dans un Second Life / Sims mais avec des interactions sociales directes. Vous pouvez ainsi vous retrouver à explorer la maison de votre ami asiatique, participer à la baby shower de votre soeur...

Need Spaces

Dans ce tout nouvel espace virtuel, il est possible de partager des photos, des vidéos, d'envoyer des émoticônes, de dessiner dans le vide (?) et même d'utiliser un selfie stick virtuel (flippant) pour capturer ces beaux moments. 

 

La réalité virtuelle sociale ? Facebook veut créer artificiellement des échanges à travers un casque de réalité virtuelle. Sans vouloir paraître technophobe, ce n'est pas bon signe que d'encourager les gens à rester chez eux pour interagir et sociabiliser et faire de Facebook une nécessité. Le réseau social semble vouloir créer un autre monde dans lequel il ne serait plus obligatoire de sortir de chez soi et dans lequel tout le monde partagerait de plus en plus de données personnelles. La prudence est donc de mise et ces technologies doivent être utilisées comme des bonus et non en remplacement de vraies interactions. On peut se réjouir de l'avancée technologique mais il faut simplement être conscient de qui est derrière tout ça. Et la VV (la vraie vie) c'est mieux que la VR.