Quoi de neuf sur Netflix ? 13 Novembre : Fluctuat Nec Mergitur

Les deux réalisateurs français Jules et Gédéon Naudet proposent une série documentaire en trois temps sur l’horreur des attentats, du point de vue des survivants.

 

Le 13 novembre 2015 a débuté de façon ordinaire dans la capitale française. La perspective du week-end et le beau temps ayant enchanté plusieurs parisiens, des collègues et des amis ont prévu de se retrouver ce soir pour boire un verre ou assister à un concert. Comme tous les vendredis soirs, Paris se détend et se colore, ses bistrots se remplissent. Ce soir-là, les plus footeux étaient au Stade de France pour assister à un match de la délégation tricolore. A 21h20, les premières détonations se font entendre. Deux hommes munis de ceinture explosive se sont fait sauter aux abords du stade. Et puis les évènements s’enchaînent, à 21h25, un commando fait irruption à la terrasse de cafés dans le 10e et 11e arrondissements et se met à tirer sur les gens attablés. Un homme se fait exploser dans un autre bar et l’horreur continue dans plusieurs lieux festifs de la capitale, faisait 39 morts et blessant autant de gens. A 21h40, un groupe de terroristes fait irruption dans la salle de concert du Bataclan après avoir tiré sur le café accolé. Une fois dans le lieu de spectacle, qui accueillait un concert des Eagles of Death Metal, le commando se met à descendre la foule avec une froideur inhumaine, prend quelques personnes en otage avant de se faire tuer par les forces de l’ordre. Le bilan sera de 90 morts au Bataclan.

 

Les réalisateurs Jules et Gédéon Naudet avaient déjà documenté les attentats américains du 11 septembre. Par un concours de circonstances, ils se trouvaient sur place avec les pompiers de New York quand les avions ont frappé les tours. Depuis, rien n’est plus pareil, ils ont côtoyé l’horreur mais ne veulent pas s’accabler. Ils ont choisi de réaliser un documentaire sur les attentats parisiens pour faire sortir l’humanité derrière de tels évènements. Les deux français ont cherché à collecter des témoignages de survivants pour raconter les faits, en plus de ceux des pompiers, médecins, policiers, de la maire de Paris et du chef de l’Etat de l’époque. Minute après minute, ils détaillent comment ils ont vécu le déroulement des faits, où ils étaient, avec qui, ce qu’ils ont vu. En trois fois une heure, “13 Novembre” nous plonge dans l’horreur, dans l’émotionnel et cherche donc à tourner la page des inhumanités. Mais n’était-ce pas un peu trop tôt ? Si le point de vue est plutôt intéressant, cette vague d’émotions qui nous submerge empêche aussi de prendre du recul sur les faits. Pour que l’humanité resurgisse derrière l’horreur, ne faut-il pas tenter une explication et tenter de connaître les motivations de la barbarie ?

 

“13 Novembre : Fluctuat Nec Mergitur” est sur Netflix depuis le 1er juin.