Quand l'humoriste Elodie Poux répond aux "hommes qui veulent décider à la place des femmes"

Quand l'humoriste Elodie Poux répond aux "hommes qui veulent décider à la place des femmes"
Quand l'humoriste Elodie Poux répond aux "hommes qui veulent décider à la place des femmes" - © Tous droits réservés

L’humoriste, chroniqueuse et comédienne Française, Elodie Poux défend le droit à l’IVG dans une chronique bien sentie diffusée dans l’émission TV Paris Première.

Depuis l’annonce du vote d’une loi anti IVG dans l’Etat d’Alabama aux Etats-Unis le 15 mai dernier, nombreuses ont été les réactions d’artistes et d’humoristes.

Pour rappel, le Sénat d’Alabama a adopté un projet de loi, qui est le plus restrictif des Etats-Unis concernant l’avortement. L’IVG deviendrait interdit dans tous les cas, à l’unique exception de cas d’urgence vitale pour la mère ou d’anomalie létale du fœtus. Il prévoit aussi de lourdes peines de prison pour les médecins pratiquant des IVG.

Dans une chronique dans l’émission TV Paris Première, l’humoriste Elodie Poux a décidé de revenir sur ce triste fait d’actualité et elle le fait sans langue de bois. Elle imagine ainsi une conversation entre hommes, lancée lors d’un barbecue par un personnage imaginaire nommé Jean-Jésus, militant pro vie, sur cette loi votée en Alabama. Conversation qui n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde et à laquelle Elodie Poux s’invite pour mettre les choses au clair : " J’ai gentiment fait remarquer à ces messieurs qu’ils ne possédaient pas d’utérus."

Un utérus, c’est comme une carte d’électeurs : si tu n’en as pas, tu ne peux pas donner ton avis. Enfin, si tu peux, mais on s’en fout !

L’humoriste en profite pour rappeler qu’au Texas, une autre loi est sur le point d’être votée et réduit elle aussi les droits des femmes concernant les IVG : " Au Texas ils sont sur le point de voter une loi qui permet de ne plus prévenir les parents si le fœtus est mal formé. Alors chers Américains, dites adieu à la malbouffe parce que vous allez en bouffer du légume ! "

Entre deux blagues bien senties, l’humoriste rappelle de tristes faits d’actualité, explique en détail la procédure médicale qu’est l’IVG et tire le triste constat que ce sont toujours les droits des femmes qui sont remis en question dans la société : " Quelle tristesse mes amis de constater encore et encore que de toutes les lois, celles concernant les femmes, ce qu’elles doivent faire de leurs journées, de leur vie, de leurs vêtements, de leur vagin, de leur utérus, sont celles qui sont le plus facilement remise en cause et bafouées."

Messieurs, nous ne vous détestons pas mais malgré tous les efforts, vous ne saurez jamais. Jamais, vous ne saurez ce que c’est que d’avoir sur les épaules et dans les viscères cette décision.

"Vous ne sentirez jamais, votre corps se transformer, changer et se préparer à créer la vie, que vous le vouliez ou non. Le viol, les règles, le sexe, la grossesse, les examens gynécologiques, l’accouchement, l’allaitement : vous pourrez l’étudier, le regarder, écrire sur le sujet et devenir les meilleurs gynécologues du monde mais malheureusement messieurs, vous ne saurez jamais. Alors, s’il vous plaît, laissez-nous gérer. Laissez-nous au moins une chose dans la vie dont on peut dire que nous sommes les spécialistes : notre corps, notre utérus, notre choix. Merci. "

Comme le dit si bien Elodie Poux, c’est Simone Veil qui doit être en train de se tourner et re-re-tourner dans sa tombe en ce moment même. Bref, une chronique drôle et intelligente qui mériterait d’être entendue par tous les sénateurs de l’Alabama qui ont voté cette indigne loi contre l’IVG. A partager sans modération !

L'humoriste sera de passage en Belgique à l'automne:

4 octobre 2019 au Centre Culturel d'Uccle

5 octobre au Foyer culturel de Chaudfontaine

20 octobre au Théâtre le Trianon (Liège)

25 octobre au Rox (Rouvroy)

4 novembre au Aalt Stadhuis (Luxembourg)

Elodie Poux, chronique