Princess Nokia : féminisme et rap à l'arrach'

Princess Nokia : féminisme et rap à l'arrach'
Princess Nokia : féminisme et rap à l'arrach' - © Tous droits réservés

La rappeuse américaine a livré un show bouillant au Beursschouwburg vendredi soir dernier. 

 

C'est ultra sold out que Princess Nokia a abordé son concert, dans la petite salle du Beurs vendredi 27 janvier. La jeune femme de 24 ans qui commence à se faire un nom sur la scène hip hop était à Bruxelles ce week-end. Son premier EP "1992", année de sa naissance, est sorti en septembre dernier et se compose de 9 titres profondément hip hop, engagés, léchés. 

Destiny Frasqueri vient du quartier de Harlem à Manhattan et a des origines portoricaines. Elle aborde dans sa musique des problématiques féministes tout en proposant un son éclectique oscillant entre le hip hop, l'electro avec des sonorités afro-latines. Princess Nokia interroge la dictature du corps, la féminité ("With my little titties and my phat belly"), tout en gardant les codes du rap et son vocabulaire franc.

 

Harlem intime

Dans la petite salle de concert du Beurs, la rappeuse récupère le public après la première partie de ddvrkk. Le public surchauffé attend la reine de la soirée, ou plutôt la princesse de cette nuit. Le lieu propice à la proximité offre une dimension profondément intimiste au show de Princess Nokia, et c'est tout son intérêt. Elle cherche le contact avec son public, assénant aux filles de se rapprocher de la scène, se jetant dans la foule, faisant des câlins à la fin... La salle du Beurs s'est transformée le temps du concert en une block party avec Princess Nokia en maîtresse de cérémonie proche de son public, avec des transitions amateures et ce côté rap à l'arrach' aux premiers amours du hip hop.