Pourquoi il faut voir "Mindhunter"

Pourquoi il faut voir “Mindhunter”
Pourquoi il faut voir “Mindhunter” - © Netflix

La nouvelle série qui fait grand bruit s’intéresse à la psychologie des tueurs en série et elle mérite le détour pour plusieurs raisons.

 

John E. Douglas est un ancien agent du FBI et le premier “profiler” américain. Avec l’aide de l’auteur Mark Olshaker, il a raconté son histoire dans le livre Mind Hunter: Inside The FBI's Elite Serial Crime Unit. C’est ce livre qui a inspiré à Netflix sa nouvelle super-série : “Mindhunter”. Avec le dramaturge australo-britannique Joe Penhall à la baguette et David Fincher et Charlize Theron à la production, cette série n’annonçait déjà que du bon avant même sa diffusion.

 

Nous sommes en 1977, Holden Ford, inspirée de John E. Douglas, est un agent du FBI spécialisé en négociation lors des prises d’otages. En parallèle, il fait partie de la branche éducative du bureau fédéral et est chargé de former les futurs agents dans son domaine. Après sa rencontre avec une étudiante en sociologie, il s’interroge de plus en plus sur le comportement humain et le manque de remise en question du FBI sur la psychologie. Il va prendre des cours à l’université mais subit l’hostilité des professeurs et autres élèves. L’agent spécial Bill Tench lui propose alors de l’aider dans des formations dispensées à la police à travers les Etats-Unis. C’est à ce moment que Ford décide de s’intéresser à la psychologie criminelle et à l’étude de ceux que l’on appelle aujourd’hui les “serial killers”. Sans l’accord de son supérieur, il rencontre un premier “tueur en séquences”. Quand la direction l’apprend il est à deux doigts de se faire transférer mais finalement les deux agents montent une section spéciale dédiée à leurs recherches. Ils parcourront les prisons américaines pour interroger les plus grands tueurs et essayer de comprendre leur comportement. Le but est de permettre de résoudre d’autres affaires bien-sûr et de faire aussi de la prévention sur les sujets à risque. John E. Douglas est aujourd’hui considéré comme un pionnier dans la psychologie criminelle puisqu’il est un des premiers au FBI à remettre en cause l’idée établie de tueur né. Pour lui, les criminels le deviennent à cause de leur environnement.

 

Le héros Holden Ford n’est pas un personnage parfait, il est fragile et on sent qu’il prend des fois trop à coeur sa mission, il fait quelques écarts et erreurs qui le mènent à des conflits avec sa direction. Il a lui aussi ses zones d’ombre et n’est pas présenté comme un super agent du FBI, il a cet aspect anti-héros qui colle bien à la réalité. Ford a peur que ses rencontres avec les tueurs le marquent et influencent sa vie privée et c’est un peu aussi l’enjeu caché de “Mindhunter” : peut-on se mettre dans la tête d’un tueur sans l’être et en ressortir indemne ?

 

 

“Mindhunter” est depuis le 13 octobre sur Netflix.

Une seconde saison a déjà été commandée.