Peut-on tomber amoureux online ?

Internet pourrait bientôt devenir l’entremetteur numéro un avant les amis
2 images
Internet pourrait bientôt devenir l’entremetteur numéro un avant les amis - © pseudopixels

Le commerce de l’amour en ligne est florissant. A tel point qu’on peut se demander comment il a changé notre approche de l’amour et même des relations humaines.

Tinder, Grindr ou autre Happn, les applications online pour trouver l’amour pour une nuit/la vie sont légion, mais l’histoire (d’amour) entre Internet et le flirt n’est pas nouvelle.

Depuis les débuts même d’Internet, l’accent est mis sur la communication et par effet ricochet, sur l’e-drague. Si Tinder a quelque peu remplacé les chats IRC ou MSN, l’application phare pose la même question : peut-on tomber amoureux par écran interposé ? Et ce, avant même une éventuelle rencontre ?

Du virtuel qui impacte le réel

Si la rencontre via Internet semble de plus en plus normalisée, il est légitime de poser la question du sentiment et du virtuel. Pour Nina Freeman, game designer américaine, l’amour en ligne existe. Dans son jeu Cibele, elle y raconte sa propre histoire, sa propre romance avec un garçon rencontré sur le jeu vidéo online Final Fantasy. On y incarne donc Nina qui fait la connaissance de Blake, du premier flirt plein de <3 à l’expérience sexuelle online.

"C’était pour moi la plus extraordinaire façon de faire l’amour pour la première fois. Je n’en ai parlé qu’à peu de gens, parce que c’était complétement irréel, tout le monde n’aurait pu me croire. C’est pourquoi j’ai voulu faire un jeu à ce propos, parce que c’est devenu un mythe bizarre dans ma vie." a raconté la game designer à Wired.

A travers Cibele, Nina Freeman prône l’acceptation des relations d’amour online. Même si son histoire avec Blake n’a pas tenu, elle pense que ce genre de relation est viable, aussi bien qu’une plus classique, car après tout il s’agit avant tout de relation humaine.

L’amour 2.0 contre le vide IRL

Une histoire qui n’est pas sans rappeler le reportage de Tout ça ne nous rendra pas le Congo, " Quecoeur et les garçons ". Y sont narrées les aventures d’une jeune femme et ses amis, adeptes de Second Life. Dans l’univers virtuel du jeu américain, Quecoeur s’autorise des romances virtuelles, sous l’œil inquiet de son mari. Ici le message est bien différent et nous montre comment Internet et ses univers peuvent combler le vide IRL d’un mariage ennuyeux.

Internet a ouvert le champ des possibles en matière de relations amoureuses. Tout ceci est accéléré par l’extrême simplicité de la communication online, et parallèlement au fait que les rencontres conventionnelles se font de moins en moins facilement. Entretenir une relation online semble entrer dans les mœurs, des fois même sans jamais se rencontrer.

Il n’y a pas de raison en amour, pour preuve : 40% des gens seuls pourraient même s’imaginer tomber amoureux de Siri, l’assistant virtuel d’Apple, nous rapporte Dazed, mais c’est une autre e-histoire.