Megg, Mogg & Owl : du trash et du hasch

Megg, Mogg & Owl à Amsterdam
3 images
Megg, Mogg & Owl à Amsterdam - © Ed. Misma

Les trois compères adeptes de psychotropes s’aventurent à Amsterdam dans le nouvel opus paru à la rentrée.

 

Megg, Mogg & Owl à Amsterdam est le troisième tome de la série de bandes dessinées de Simon Hanselmann. Megg, la sorcière dépressive au teint livide et son amant Mogg, un chat noir, décident de rallier la capitale hollandaise, paradis pour les fumeurs de pétards et autres combustibles. Ils en ont vu d’autres mais cette fois-ci, ils se retrouvent en proie à des délires paranoïaques intenses. C’est le bad trip. Heureusement, Owl, leur colocataire hibou et souffre-douleur les rejoint pour les sauver des griffes de leurs délires résineux.

Dans les aventures de Megg, Mogg et Owl, il est toujours questions de drogue, de sexe, d’alcool, de fréquentations douteuses et surtout d’ennui. La sorcière, le chat et le hibou sont cramés à la fête et tout ce qui va avec : de la perte d’emploi en passant par la mauvaise hygiène de vie jusqu’aux relations sexuelles non consenties. 

Simon Hanselmann rend ses personnages infâmes, sales, méchants, lâches, mais réussit la prouesse de nous faire leur pardonner. L’histoire va tellement loin qu’elle prête même à rire, et c’est tout le talent de son auteur. Dans ce dernier opus à Amsterdam, des éclairs de lucidité transparaissent tout de même entre deux fracassages de crânes : les personnages semblent grandir, et la mélancolie se fait lancinante. Le mélange de vulgarité, d’insanités, d’insultes et de mauvais coup devient plus poétique que jamais.

Simon Hanselmann

 

Dans un article nommé "Le cerveau de Simon Hanselmann est flingué", Vice évoquait l’enfance de l’auteur et ce qui l’avait poussé à écrire des BD si glauques. Simon Hanselmann est né en 1981 à Launceston, en Australie. Sa ville natale, Simon la qualifie de déprimante parce que paumée. Pour tromper leur ennui, les habitants s’adonnent très souvent à la toxicomanie. Enfant, Simon aimait empailler des animaux, regarder la télévision et se travestir. Evidemment, le bédéiste a été influencé par les comics alternatifs de Charles Burns et Daniel Clowes. Simon a mis ses tourments dans sa BD phare, et si en Europe il n’est pas encore très reconnu, le succès est au rendez-vous dans son pays d’origine et aux Etats-Unis. Aussi fou que ça puisse paraître, il est aussi auteur à succès de livres pour enfants.

 

Encore une dose ? La sortie du prochain opus des aventures du trio infernal est déjà prévue le 25 avril 2017 (pour la version anglophone) et s’appellera "One more year". D’après la couverture, la cadavérique Megg semble s’enfoncer de plus en plus dans la dépression.

 

Maximal Spleen, Magical Ecstasy Trip et Megg, Mogg & Owl à Amsterdam sont édités en français aux éditions MISMA.