Les mondes de Philip K. Dick : aux frontières du réel

Philip K. Dick
2 images
Philip K. Dick - © Nova production

Il détruit le mur qui sépare le réel de l’imaginaire, le présent du futur, il est auteur et visionnaire. Arte rend hommage à un grand de la science-fiction, Philip K. Dick.

 

Désastre écologique, réalités artificielles, société sous surveillance, ces problématiques actuelles, il les abordait déjà dans ses romans et nouvelles. Philip K. Dick est considéré aujourd’hui comme un des plus grands visionnaires de l’ère numérique.

Il a écrit 45 romans et une centaine de nouvelles, on lui doit Blade Runner, Minority Report et Total Recall qui sont devenus des films références par la suite. Grâce à lui, le genre " science-fiction ", qui était une sous-catégorie, a trouvé ses lettres de noblesse. Philip K. Dick, ses interrogations et sa plume ont prouvé qu’il s’agissait d’un genre littéraire à part entière. Il est d’ailleurs l’un des seuls auteurs à avoir publié à la très prestigieuse maison d’édition Library of America.

Poète maudit

Dans le documentaire " Les mondes de Philip K. Dick ", Yann Coquart et Ariel Kyou s’intéressent à la personnalité de l’auteur. Dick apparaît comme un homme instable, troublé. Il s’était d’ailleurs réfugié dans la science-fiction pour pallier ses angoisses. L’auteur aimait à transposer des pensées jungiennes en des mondes de tourments, c’était un peu sa propre psychanalyse.

 

Pour finir en beauté cet hommage puissant au génie de la science-fiction, le volet Creative d’Arte a même imaginé un jeu-vidéo librement inspiré des mondes de Dick, Californium. Si les couleurs font penser à celles d’un coucher de soleil de Hotline Miami, l’univers est lui bien celui de l’angoisse dickienne. Ce jeu propose une exploration dans les mondes et ce rapport à la réalité si cher à l’auteur.