Les incantations divinatoires électroniques d'Agar Agar

Les incantations divinatoires électroniques d'Agar Agar
2 images
Les incantations divinatoires électroniques d'Agar Agar - © Dylan Raïs

Le jeune groupe français d’electro-pop était au Botanique dimanche 21 octobre pour signer ses retrouvailles ardentes avec le public bruxellois.

 

Formé en 2015 par Clara Cappagli et Armand Bultheel, le groupe Agar Agar sortait son premier single “Prettiest Virgin” en avril 2015 et un EP dans la foulée (Cardan). Après une tournée, qui est notamment passée côté belge par l’intimité de l’Orangerie du Botanique et Dour en 2017, le duo s’est penché sur son premier album, The Dog & the Future, sorti en septembre 2018. Agar Agar revenait au Botanique ce dimanche 21 octobre 2018 pour défendre sa nouvelle galette électronique teintée d’un univers sorcier et inspirée par la BD trash de Simon Hanselmann, Megg, Mogg & Owl

Esprit de meute

Sur scène, les deux Français entament directement les hostilités avec un son métallique, sourd allié avec les envolées sonores théâtrales de Clara, la chanteuse. Agar Agar enchaîne avec aisance ses nouveaux titres et les plus anciens, plus à l’aise sur scène que la première fois que nous les avions rencontrés. Drôle, décalé, tout comme les paroles, le spectacle transporte, à l’image d’une messe jubilatoire. Le duo orchestre une incantation divinatoire électronique, hurle à la lune et appelle sa meute à communier avec eux dans un tourbillon de synthés. Le concert se termine dans une trans hypnotique chargée en acide et en électro lourd, concluant un moment bouillant et presque charnel. 

 

Le groupe est parvenu à s’imposer en trois ans sur la scène déjà bien chargée de l’électro-pop française. La recette du succès tient au génie musical pop et techno du duo et à la voix et le charisme fiévreux de Clara. Agar Agar se démarque finalement par sa une prise de position esthétique, tant ses pochettes que ses clips sont empreints d’une inquiétante étrangeté. 

 

 

The Dog & The Future d’Agar Agar

Sorti le 28 septembre 2018

Chez Cracki Records