Les festivals "Burning Man" et "AfrikaBurn" à découvrir en photos pendant les vacances de Pâques

Les festivals "Burning Man" et "Afrika Burners" à découvrir dans une expo par le photographe belge Benoît Feron
6 images
Les festivals "Burning Man" et "Afrika Burners" à découvrir dans une expo par le photographe belge Benoît Feron - © Benot Feron

A travers une exposition intitulée "Burners" à voir à la Ten Gallery à Knokke, le photographe belge Benoît Feron, vous fait découvrir les festivals les plus excentriques du monde : "Burning Man" et "AfrikaBurn".

Son premier appareil photo, c’est son grand-père qui l’a offert à Benoît Feron. Depuis, il a développé une véritable passion pour la photo, qu’il exerce en plus de son métier d’avocat, depuis une quinzaine d’années.

C’est sur fond de désert blanc, de ciel bleu et de constructions loufoques et colorées, que l’on découvre l’excentricité des deux festivals les plus connus au monde : le "Burning Man", un festival dédié à la contre-culture californienne qui se déroule chaque année depuis 1991 dans le désert du Nevada et l' "AfrikaBurn", un plus petit festival fidèle à l’esprit de "Burning Man" mais qui se déroule cette fois-ci en Afrique du Sud. "Ces festivals sont des événements magiques et marginaux qui donnent l’occasion unique de photographier des gens peu ordinaires, parfois déjantés, en " roues libres " et qui ne se prennent pas au sérieux, toujours souriants et dans la bonne humeur, dans une déconnexion totale."

Benoît Feron rend hommage à ces deux événements si originaux à travers l’expo "Burners" à Knokke qui ouvre ses portes dans quelques jours : "J’y étais en tant que spectateur en 2019. C’est vraiment particulier comme ambiance, on arrive là-bas sans argent, sans rien. On a juste une tente pour dormir et sa nourriture. Pendant une semaine, on vit en totale liberté et c’est ça que j’ai voulu illustrer" nous explique le photographe.

Les festivaliers revêtent leurs plus beaux costumes, tous plus originaux les uns que les autres. Ils arborent d’ailleurs souvent un style "Steampunk", très photogénique. Ils sont souriants, ils sont heureux, ils sont libres. Ces photos, Benoît Feron ne les a pas volées nous confie-t-il : "Que ce soit en festival, en Afrique, en Inde où n’importe quel autre pays que je visite, je demande toujours l’autorisation à la personne parce que mon but est vraiment d’avoir un contact avec le modèle, pour qu’il y ait quelque chose qui se passe au niveau de l’œil."

L’ethnicité au cœur de son travail

Benoît Feron est féru d’antimondialisation. Depuis des années, il parcourt la terre : de l’Antarctique à la Papouasie Nouvelle Guinée en passant par l’Afrique et l’Inde.

Il aime les différentes ethnies et leurs spécificités. Le cœur de son travail photographique est de les mettre en valeur : "Mon but c’est de se rendre à tous ces événements un peu particuliers ou l’homme s’exprime et montre une forme d’excentricité et d’extravagance" nous confie le photographe.

De l’évasion en confinement

Depuis le 2 novembre dernier, Benoît Feron replonge dans ses archives photographiques, pour partager chaque jour sur sa page Facebook, un souvenir de voyage. Quelques photos qui permettent à tous de s’évader et de rêver d’ailleurs le temps de quelques instants : "De photos prises un peu partout du temps de cette époque où nous pouvions voyager… Pour vous emmener autour de notre terre, dans tous les registres : l’humain, la nature, l’animalier, l’urbain, tout ce qui me passera par la tête le jour J, si je survis (mais j’y compte bien !). J’espère que cela vous plaira, vous égaiera, vous distraira, vous donnera envie de sourire, de vivre, de vous battre, de partager, de penser au beau et à ce qui est beau. C’est ensemble que nous surmonterons cette épreuve" écrivait le photographe sous sa première publication. Cette série s’appelle aujourd’hui "Travelling in confinement" et fait énormément de bien à tous ceux qui suivent le photographe sur les réseaux.

Un jour, il vous emmène en Tanzanie, à la découverte d’un sanctuaire pour hippopotames et crocodiles, un autre c’est au Holi Festival en Inde qu’il vous propose de vous évader. Le lendemain vous êtes au Groenland et le surlendemain en Ethiopie. "J’arrive bientôt au bout de mes archives après 146 jours, il va être temps que l’on puisse reprendre les voyages. J’en profite pour redécouvrir aussi des tas d’images que j’avais complètement oubliées" confie le photographe en souriant.

Son prochain voyage est d’ailleurs déjà prévu. Il va donner un cours de photographie : "Si le gouvernement ne change pas d’avis d’ici-là, je suis censé partir fin avril pour donner des stages de photographie en Afrique, en Namibie plus précisément. Je crois les doigts, les gens que j’accompagne et moi en avons vraiment besoin !" nous explique Benoît Feron.

Infos Pratiques

L’expo "Burners" est à découvrir à la Ten Gallery à Knokke du samedi 3 au 25 avril. Les visites se font uniquement sur rendez-vous.

TEN Gallery, Zandstraat 7 – 8300 Knokke, Belgium

Tel : 0479 55 00 13 ou tengallery@gmail.com

Benoît Feron est à suivre sur Facebook, Instagram et sur son site internet.