"Le sens du poil", le compte Instagram Belge qui met la pilosité à l'honneur

"Le sens du poil", le compte Instagram Belge qui met la pilosité à l'honneur
"Le sens du poil", le compte Instagram Belge qui met la pilosité à l'honneur - © Tous droits réservés

Cinq jeunes femmes Belges ont décidé de mettre à l’honneur la pilosité sur Instagram pour casser les diktats de la beauté féminine.

Jambes, aisselles, avant-bras, maillot, nombril, dos… L’idée que les poils doivent disparaître dès leur première apparition est intégrée dans l’esprit des femmes dès leur plus jeune âge. L’épilation et le rasage commencent de plus en plus jeune. Au cours de gym, les fillettes s’observent, se comparent : Qui a déjà des poils ? Qui est épilée ? Difficile d’assumer ces poils considérés comme sales, inesthétiques et puants.

Pour aider toutes les femmes à mieux accepter leur pilosité, 5 étudiantes bruxelloises, Sophia Bouhon, Alice Chemais, Margot Foubert, Charlotte Houben et Laure Marlière, ont décidé de lancer le compte Instagram "Le sens du poil" qui montre ce qu’on a si longtemps voulu cacher. Ce compte a été créé dans une optique inclusive et bienveillante. Il est illustré de portraits esthétiques de femmes qui montrent et assument leurs poils.

Les portraits sont accompagnés des témoignages de ces femmes qui ont osé transgresser la norme : "Les poils ne sont ni dégoûtants, ni offensants, ni sales, ni masculins. En fait, c’est simplement une des composantes naturelles du corps humain, qui comme d’autres composantes (rides, vergetures, cellulite,…) endurent de nombreux diktats de la société." Ou encore celui de cette jeune femme qui s’épilait par peur d’avoir l’air sale : "Je détestais mes poils parce qu’ils sont synonymes de laisser-aller, de malpropreté et de négligence. Donc pour ne pas être jugée par les amis ou même par la famille je devais passer des heures dans la salle de bain en train d’enlever chaque poil qui dépasse. C’était un calvaire ! Mais pour être belle ne faut-il pas soi-disant souffrir ?"

Les 5 étudiantes ne comptent pas s’arrêter au compte Instagram. Elles travaillent aussi sur une websérie documentaire qui est en cours de création dans le cadre de leur mémoire de fin d'études à la Haute Ecole Bruxelloise IHECS. Elles y donneront la parole aux femmes sur différentes thématiques entourant la pilosité. Ce documentaire sera disponible le 1er octobre 2019.

Voir cette publication sur Instagram

[1/3] @eveissickofadam Je me suis épilé-e régulièrement pendant un temps quand j’étais adolescent-e, parce que c’est ce qui semblait être la norme. J’avais l’impression d’être beaucoup plus poilu-e que les autres filles, et ça a été longtemps quelque chose de honteux pour moi. Je ne trouvais même pas ça beau, la peau épilée. Surtout les aisselles. Je le faisais vraiment uniquement pour essayer de correspondre à une image de la beauté que je voyais partout autour de moi. Quand j’ai arrêté, c’est les réactions de mon entourage qui ont été les plus blessantes. Ils/elles associaient les poils à la saleté, et ne comprenaient pas pourquoi je ne faisais pas tout simplement comme tout le monde. Maintenant, leur gêne me fait rire. Une après-midi, pendant une fête de famille, mon cousin de dix ans a répliqué devant tout le monde : « Regarde papa, Léa elle est encore plus poilue que toi ! ». Le silence qui a suivi n’avait pas de prix ! . . . #lesensdupoil #poils #onveutduvrai #januhairy #bodyhair #féminisme #feminism #émancipation #empowerment #girlpower #moncorpsmonchoix #bodypositive #allwomenarebeautiful #futureisfemale #thefutureisfeminist #antisexismacademy #maipoils #toutesensemble #bruxelles #cabaretmademoiselle #dragqueen #drag #queerqueen

Une publication partagée par Le Sens du Poil (@lesensdupoil) le

Voir cette publication sur Instagram

[3/3] Cela fait plus ou moins 1 an que j’ai arrêté de m’épiler, mis à part les jambes de temps en temps car j’ai beaucoup de mal à m’habituer à leur présence, contrairement à mes poils d’aisselles. Je pense que ce sont certaines rencontres qui m’ont permis petit à petit de changer mon regard sur la pilosité des femmes en général. De voir des femmes danser en petite robe, bouger leur corps avec grâce et aisance, tout en affichant leurs poils, j’ai trouvé ça tellement beau ! Je me suis rendue compte que la beauté n’était PAS une question de poils ou pas poils, de poids, de couleur de peau, ou que sais-je, tout ce qui rend une personne singulière finalement. La beauté est la manière dont on va rayonner quelque chose de notre intériorité. Puis la vision du « Beau » est quelque chose de tellement malléable et influençable ! Pourquoi d’une année à l’autre peut-on trouver trop « fashion » de porter des lunettes rondes et trois ans après, trouver ça trop ringard ? Je me suis dit que j’étais donc capable d’influencer moi-même mon regard par rapport aux poils en général. Puis puisque la nature en a mis sur mon corps, j’ai décidé de les aimer, mes petits poils . . . #lesensdupoil #poils #onveutduvrai #januhairy #bodyhair #féminisme #feminism #émancipation #empowerment #girlpower #moncorpsmonchoix #bodypositive #allwomenarebeautiful #futureisfemale #thefutureisfeminist #antisexismacademy #maipoils #toutesensemble #bruxelles

Une publication partagée par Le Sens du Poil (@lesensdupoil) le

Voir cette publication sur Instagram

[2/3] Je pense que c’est une « règle » tellement innée qu’on ne se pose même plus de questions. Je détestais mes poils parce qu’ils sont synonymes de laisser-aller, de malpropreté et de négligence. Donc pour ne pas être jugée par les amis ou même par la famille je devais passer des heures dans la salle de bain en train d’enlever chaque poil qui dépasse. C’était un calvaire ! Mais pour être belle ne faut-il pas soi-disant souffrir ? . . . #lesensdupoil #poils #hair #januhairy #bodyhair #féminisme #feminism #émancipation #empowerment #girlpower #moncorpsmonchoix #bodypositive #allwomenarebeautiful #futureisfemale #thefutureisfeminist #antisexismacademy #taboo #maipoils #toutesensemble #bruxelles

Une publication partagée par Le Sens du Poil (@lesensdupoil) le