La "vallée dérangeante", quand les robots tiquent

Real Humans, série d'Arte sur les humanoïdes.
2 images
Real Humans, série d'Arte sur les humanoïdes. - © Tous droits réservés

La vallée dérangeante n’est pas un film d’horreur mais une théorie sur les robots.

C’est en 1970 que le roboticien Masahiro Mori avança sa théorie sur le malaise lié aux androïdes. Plus un robot ressemble à un humain, plus nous sommes incommodés face à ses défauts. Pour le Japonais, un robot dont l’apparence est clairement robotique ou parfaitement humaine, est plus accepté par notre perception, mais il existe entre les deux un fossé. C’est la fameuse vallée sur la courbe du progrès.

Les imperfections des robots pourraient aussi être perçues comme des attitudes anormales propres à une personne malade. La vallée de l’étrange est donc ce sentiment de malaise face à la technologie trop ou pas assez évoluée. Ce décalage est souvent assimilé à "l’inquiétante étrangeté", concept freudien faisait référence à ce sentiment d’appartenance et rejet à la fois. L’inquiétante étrangeté, traduite "the uncanny" en anglais a d’ailleurs donné le nom "the uncanny valley" pour cette vallée dérangeante.

 

La théorie est dite scientifique mais beaucoup rejettent son côté empirique. Ils reconnaissent l’existence de cette courbe, mais pour eux l’évolution technologique n’a pas encore atteint un niveau tel que le malaise puisse se faire ressentir.

 

En attendant la vraie révolution où les androïdes ressembleront parfaitement à des humains, certains personnages de films d’animation ou jeux-vidéo sont expressément éloignés de l’apparence humaine pour éviter la gêne de la vallée dérangeante.