L’anecdote cocasse derrière le célèbre hymne 'God Save the Queen'

Difficile d'imaginer le célèbre hymne anglais en dehors de ses frontières géographiques. Et pourtant, l'histoire nous apprend que les origines du "God Save the Queen" remonteraient à la France du Roi Soleil. 

Le grand corps malade du Roi-Soleil

Le "roi conquérant", le "roi stoïque", le "roi brave, fort et courageux" cependant, Louis XIV n’a pas été épargné par les problèmes physiques. Parmi les nombreux maux dont il est victime – fièvres, goutte, diarrhées, étourdissements – c’est sans doute sa fistule anale qui a le plus marqué ses contemporains.

Plusieurs traitements inefficaces poussent Charles-François Félix, médecin mais aussi barbier du roi, à envisager l’opération. C’est une première en France et une lourde responsabilité pèse sur les épaules de celui aux commandes. Félix s’entraîne donc pendant des mois, met au point des instruments spécifiques, sans cacher son inquiétude : "Sire, je m’inquiète un peu car l’opération que je vais faire est cruciale" aurait-il dit comme en témoigne cet article de France Inter.

Une opération (très) délicate

Véritable secret d’Etat, l’opération a lieu le 18 novembre 1686, à sept heures du matin, dans la chambre royale. Trois heures de douleur intense, que l’anesthésie ne peut venir soulager car elle n’existe tout simplement pas encore.

Pour soutenir son époux dans cette difficile épreuve, Madame de Maintenon demande à Jean-Baptiste Lully de composer un cantique dont le texte est écrit par Madame de Brinon, supérieure du pensionnat la Maison royale de Saint-Louis.

"Dieu sauve le Roi" est alors chantonné pendant l’opération par les pensionnaires, les demoiselles de Saint-Cyr, et devient un hymne repris lors de chaque visite du roi.

De la France en Outre-Manche

Comment ce cantique a-t-il bien pu franchir la Manche ? En fait, deux théories coexistent.

La première, et la plus répandue, nous amène une trentaine d’années plus tard, en 1714, lorsque le compositeur prussien Haendel est en visite à Versailles. Devenu un incontournable au Château, le "Dieu sauve le Roi" croise le tympan du compositeur officiel de George Ier. Il prend alors note de la mélodie, adapte le texte et soumet sa nouvelle œuvre au roi dès sont retour en Grande-Bretagne.

Bien que tout le monde ignore les origines de chant, celui-ci conquit le cœur des Britanniques et est systématiquement joué en présence de George Ier. Il faudra encore attendre 1837 pour voir la version de "God Save the Queen", l'hymne non-officiel aujourd’hui chanté en l’honneur de la Reine Elizabeth II.

L’autre explication fait référence à la maison Stuart. Jacques Stuart, roi d’Angleterre et d’Irlande sous le nom de Jacques II, vit en exil en France dès 1689. Après avoir entendu le cantique "Dieu sauve le Roi", il décide de l’emporter lorsqu’il serait à nouveau sur le trône. Sa mort survenue en exil, en 1701, ne lui permet pas d’exaucer ce vœu. Son fils et roi d’Ecosse, Jacques III, avait tenté à plusieurs reprises de récupérer son trône. C’est lors d’une ultime tentative, en août 1745, que ses partisans auraient entonné le fameux chant.