Gloire aux sciences propres et figurées

DirtyBiology
DirtyBiology - © Tous droits réservés

Les nouvelles idoles d’Internet ont essentiellement mis l’humour, les conseils beauté et les performances de jeux vidéo à l’honneur sur les chaînes YouTube. Mais petit à petit, d’autres domaines trouvent leur public via la vidéo, c’est le cas de la vulgarisation scientifique.

 

Il ne faut pas oublier qu’Internet est un repère de geeks à la base. Le terme "geek", utilisé aujourd’hui à outrance désigne en réalité une personne intéressée par le domaine scientifique et technologique en théorie mais aussi dans un imaginaire matérialisé par la science-fiction, les jeux vidéo… Il n’est donc pas étonnant que des YouTubeurs qui pratiquent la vulgarisation scientifique plaisent.

 

Si les Etats-Unis ont enfanté les premiers du genre, les YouTubeurs français commencent à émerger depuis 3-4 ans. Sélection des plus intéressants.

 

"E-penser"

La chaîne de Bruce Benamran est sûrement la plus connue dans la sphère des sciences sur le YouTube francophone. Créée en 2013, "E-penser" ne se focalise pas sur un sujet mais explore le quotidien, les idées reçues, sous le prisme scientifique. Le bâillement, les arcs-en-ciel, pourquoi sommes-nous gaucher ou droitier ? Tout est décortiqué par Bruce qui nous propose de quoi refaire sa culture générale côté science.

Avec plus de 630.000 abonnés et plus de 39.000.000 de vues cumulées, "E-penser" plaît pour son aspect scientifique général mais aussi pour la personnalité de son créateur. Bruce Benamran est un authentique geek trentenaire, qui fait de la véritable vulgarisation avec un ton naturel, et c’est là tout la complexité de l’exercice : réussir à intéresser sur des sujets parfois compliqués sans faire ressentir le travail d’écriture derrière chaque vidéo. En 2015, il a fait la première partie du spectacle d’Alexandre Astier (L’Exoconférence) et crée "Get it", l’équivalent anglophone d’ "E-penser".

 

"DirtyBiology"

La chaîne "DirtyBiology" affiche elle un ton davantage destiné aux adolescents. Léo Grasset, son créateur, a réussi à mélanger la science à l’insolite et l’ironie en utilisant les ficelles classiques des vidéos d’humour YouTube. "DirtyBiology" aborde des sujets légers et pop-culture comme la théorie de Darwin chez les Pokémons ou les dragons dans Game of Thrones. Et ça paye : il cumule aujourd’hui presque 320.000 abonnés.

 

Léo Grasset a créé sa chaîne il y a deux ans, après des études en biologie et en écologie et évolution. La vulgarisation scientifique, ça le connaît donc, il en a même fait un livre.

 

Florence Porcel

Sur sa chaîne YouTube, Florence Porcel s’interroge sur les sciences côté spatial dans "La folle histoire de l’univers". Elle répond aussi aux absurdités dites dans les médias sur le cosmos dans "Les perles du PAF" et fait des interviews de personnalités liées aux sciences comme Alexandre Astier (encore lui), Patrick Baud (Axolot) et Bruce Benamran.

 

Journaliste culturelle, Florence Porcel est une passionnée des planètes et de science-fiction, après avoir écrit des nouvelles SF en 2012, elle crée sa chaîne qui rassemble aujourd’hui presque 15.000 abonnés. Elle a participé aux sélections pour la mission Mars One qui a pour but d’envoyer des humains s’installer sur Mars. Après avoir été retenue, elle ne fait finalement pas partie de la liste des derniers candidats.

 

"ExperimentBoy"

Comme son pseudonyme l’indique, "ExperimentBoy" est un jeune homme de terrain. Son but dans ses vidéos est d’intéresser les jeunes à la science par l’expérimentation puis l’explication de phénomènes, ayant lui-même souffert du côté figé de l’enseignement scientifique. Un côté spectaculaire qui intéresse les collégiens, souvent lassés par les cours de sciences pas assez explosifs.


Aujourd’hui, avec un fidèle public de 370.000 abonnés, Baptiste Mortier-Dumont, 20 ans se consacre entièrement à sa chaîne. Ses vidéos rencontrent un franc succès dans certains cours de physique et chimie, les professeurs et élèves ont trouvé en "ExperimentBoy" un vrai complément de cours.