Fever Ray : la renaissance

Fever Ray : la renaissance
Fever Ray : la renaissance - © Plunge/Mute Records

Il y a un peu plus d’une semaine, Fever Ray annonçait la sortie de son second album, huit ans après son premier bijou mêlant électro incantatoire et sonorités nordiques. 

 

Alors que Karin Dreijer Andersson avait laissé entendre que Fever Ray ne sortirait pas d’autre album, la nouvelle est apparue comme une claque il y a un peu plus d’une semaine. Huit ans après, le groupe solo sort à nouveau de l’ombre pour son deuxième opus, “Plunge”.

L’artiste suédoise Karin Dreijer Andersson est une femme du genre talentueuse. Avec son frère Olof, elle a monté l’excellent groupe électro-pop The Knife qui a officié de 1999 à 2014 sur les vagues de l’electronica et qui a connu son petit succès à l’international. En 2009, elle s’accorde une pause pour monter son projet personnel nommé Fever Ray dans lequel tout est étudié : les sonorités à la croisée du chamanisme et de la musique électronique minimale nous emmènent sur des contrées verdoyantes où les rites funestes marquent le quotidien, l’esthétique est faite de peaux de bêtes, de matières brutes, des lasers et des lampes clignotantes font partie de l’ambiance scénique particulière. Ce projet fut une réussite totale d’autant plus que Karin avait prévenu que l’objet serait unique et que Fever Ray serait enterré après cette parenthèse. Plusieurs chansons ont été utilisées au cinéma et à la télévision, If I Had A Heart compose le générique de Vikings notamment. A ce moment, on croyait la fièvre éteinte et puis, Karin est revenue pour livrer Plunge, comme une offrande.

 

Avec des instrumentales plus pop, plus électriques que métalliques, moins incantatoires et vaporeuse, Plunge va creuser dans le politique, l’érotique et la réflexion. Le maquillage a séché et Karin apparaît vieillie et affranchie, elle scande des paroles plus directes que jamais et semble ne plus vouloir se retenir. Les nappes mystérieuses du premier album laissent place à une poésie toute différente avec moins d’enveloppe mais peut-être plus de conviction, plus de liberté, plus de rythme et toujours autant de noirceur.

 

 

“Plunge” de Fever Ray
Sorti le 27 octobre chez Mute Records
Tournée prévue pour 2018