Evelyne de Behr, le réseau

Bodies, work in progress - photographie digitale
2 images
Bodies, work in progress - photographie digitale - © Evelyne de Behr

Evelyne de Behr se nourrit de ses sensations. Elle regarde le corps, elle envisage la relation à l’autre et au monde dans une approche phénoménologique. L’artiste traduit son expérience sensible par des images simples qui jouent avec la complexité des connotations. Le moulage de deux mains enserrant un œuf est un symbole de sécurité et de fragilité, de protection et de fécondité. La formulation est claire, comme une phrase de Boileau qu’elle énonce avec une économie de moyens, tissant des liens subtils entre les images et tissant un réseau entre elles. Elle laisse le soin au regardeur d’interpréter l’entre-deux. Evelyne de Behr a une attention au monde qui tient plus de l’interrogation d’être présente, en connexion avec l’autre, dans la vie passagère, que de l'explication de l’existence mode d’emploi.

Evelyne de Behr recourt à de multiples médiums : le dessin, la peinture, l’objet, la photo, la vidéo et l’installation. Elle fait montre d’un métier époustouflant. Le dessin a le trait précis, économe. L’huile fait apparaître l'image et la révèle comme une épiphanie. La photo écrit avec la lumière et compose avec le temps. Le temps est inscrit dans le sujet de la photo quand elle fixe sur le papier l’image d’un savon usagé.

Evelyne de Behr expose à la Médiatine à Woluwe-St-Lambert jusqu’au 20 décembre 2015. Le Centre culturel de Woluwe-St-Lambert édite une monographie qui lui est consacrée.

 

Evelyne de Behr est au micro de Pascal Goffaux.