@Eva.Stories, le compte Instagram qui raconte la Shoah à travers des « stories »

Eva.Stories, le compte Instagram qui raconte la Shoah au travers de « stories » quotidiennes
Eva.Stories, le compte Instagram qui raconte la Shoah au travers de « stories » quotidiennes - © Tous droits réservés

Utiliser les outils de communication modernes pour raconter la Shoah aux jeunes générations, c’est le pari osé du compte Instagram @Eva.Stories. Il retrace la vie d’une adolescente juive Hongroise déportée durant la Seconde Guerre Mondiale.

Pour intéresser les jeunes d’aujourd’hui à l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, un entrepreneur et sa fille ont eu l’idée originale de créer un compte Instagram pour raconter la Shoah jour après jour en utilisant les codes et les moyens de communication actuels. Et si une jeune fille avait eu Instagram durant l’Holocauste, à quoi auraient ressemblé ses stories ?

« Salut, je m’appelle Eva et Bienvenue sur ma page, suivez-moi ! » Voici les premiers mots de Eva dans la vidéo de présentation du projet Eva. Stories. La jeune fille présente ensuite son copain, sa meilleure amie, ses grands-parents chez qui elle vit. Elle parle ensuite de ses rêves de devenir une grande journaliste, comme n’importe quelle adolescente d’aujourd’hui pourrait le faire sur les réseaux sociaux en utilisant des emojis et des hashtags. La suite de la vidéo est moins rose. On y voit Eva se faire insulter de « sale juive », la tension monte, on y voit sa famille se faire violenter et Eva monter dans un train qui va l’emmener à Auschwitz dont elle ne reviendra jamais.

A l’origine de cette idée originale, on retrouve un entrepreneur milliardaire Israélien : Mati Kochavi. Il est issu d’une famille de victimes et de survivants de l’Holocauste et souhaitait développer un nouveau genre mémoriel : « Si nous voulons transmettre le souvenir de l’Holocauste à la jeune génération, nous devons le faire où ils se trouvent et ils sont sur Instagram » explique Mati Kochavi.

Pour incarner ces stories, Mati Kochavi a choisi de raconter l’histoire de Eva Heiman, une jeune adolescente Hongroise et juive. Eva Heiman a réellement existé, l’histoire que raconte le compte Instagram est donc basée sur de faits réels. La jeune fille a été déportée et assassinée à Auschwitz en octobre 1944. Son journal intime a été retrouvé après la guerre et publié en 1974.

Il suffit de passer un peu de temps sur le compte Instagram Eva. Stories pour se rendre compte du travail colossal qui se cache derrière ces stories quotidiennes. Cela ressemble à un vrai long-métrage découpé en centaines de petites stories de 15 secondes. Le projet a demandé des moyens exceptionnels : 5 millions de dollars ont été investis et plus de 400 techniciens ou acteurs ont travaillé dessus.

A l’heure d’écrire ces lignes, le compte est suivi par plus de 1,6 million de personnes et la bande-annonce a été visionnée plus de 4 millions de fois.

Les nouvelles technologies au service de l’Histoire

Utiliser les nouvelles technologies pour raconter un événement historique aux jeunes générations a déjà été utilisé dans d’autres cas.

On pense notamment au Mémorial de Caen qui a organisé un live tweet du Débarquement de 1944, comme si un soldat l’avait fait à l’époque en direct. Ce live tweet était signé Louis Castel, un GI de 24 ans. Contrairement à Eva Heiman, ce soldat n’a jamais existé et était le pur produit du Mémorial de Caen.

Ou bien encore Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux qui a imaginé le profil Facebook d’un jeune poilu embarqué dans la guerre 14-18. Le jeune soldat Léon Vivien est lui aussi un personnage fictif qui n’a jamais existé. Ce que le soldat raconte par contre est inspiré de faits réels sur base de la documentation du Musée.

Et enfin le naufrage du Titanic raconté minute par minute dans un live tweet sur le compte TitanicRealTime. Un travail imaginé par la maison d’édition The History Press

Trailer

Voir cette publication sur Instagram

Eva.Stories Official Trailer

Une publication partagée par Eva (@eva.stories) le