Décodex : tout noir ou tout blanc

Décodex : tout noir ou tout blanc
2 images
Décodex : tout noir ou tout blanc - © TDR

Le site d'information français Le Monde lance Décodex, un outil pour discerner le vrai du faux sur le web. 

 

La tendance actuelle est à la chasse aux "fake news" colportés sur la dangereuse toile, un terme qui n'a jamais été aussi utilisé que durant les derniers mois. Alors que des médias satiriques en font leur gagne-pain (Le GorafiNord PresseThe Onion...), d'autres s'allient avec Facebook pour lutter contre la vermine fausse information et Le Monde a même lancé un outil pour juger de la fiabilité des sites web : le Décodex.

Le Décodex, qui n'a rien à voir avec le Pokédex, est en ligne depuis début février, un an après avoir fait émerger l'idée. Le Monde qualifie le fruit de son travail comme un "outil qui vise à lutter contre la diffusion virale de fausses informations et à aider les internautes à se repérer dans la jungle des sites producteurs ou relayeurs d’informations". L'outil se décline en trois formats : un site web sous forme de moteur de rechercheune extension (pour Chrome et Mozilla) et un assistant virtuel dans la messagerie Facebook

 

Un prophète

Si l'idée du Décodex est louable, sa réalisation l'est un peu moins. En effet, celui-ci propose une vision très manichéenne de l'information, pas forcément basée sur des critères objectifs. Des sites peuvent ainsi se voir classés peu fiables parce que certains de ses articles ne citent pas suffisamment leurs sources et des médias traditionnels ont directement le passe-droit. Et ce problème n'est pas le seul concernant le Décodex, en effet celui-ci a été créé par Le Monde, un site d'information qui juge de la véracité des autres sites d'information. Il y a ici comme un problème de légitimité et de recul. 

A-t-on besoin de prémâchage ?

 

Le Décodex, comme les mesures prises par Facebook sont symptomatiques d'un problème qui ne vient non pas du web mais des lecteurs. Ceux-ci vérifient de moins en moins les sources des actualités puisqu'ils lisent de moins en moins (la plupart du temps, les usagers qui partagent des articles ne les lisent que partiellement ou n'en lisent que le titre). Mais faut-il pour autant prémâcher l'information pour la recracher dans les becs, toute nettoyée ? Ne vaut-il pas mieux apprendre à débusquer les pièges ? Il y a sur ce terrain une nécessité d'éduquer aux médias, à reconnaître les rumeurs et faits non avérés mais il faut pour cela entraîner le lecteur qui doit faire lui-même le travail. La présence sur le web de sites satiriques comme Le Gorafi est nécessaire et agit comme un éducateur aux médias hors-pair. Du côté des sites d'opinions blasphématoires, ils doivent aussi servir à former sans influencer. Il ne faut pas prendre l'information comme vraie par rapport à son étiquette mais apprendre à repérer les signaux.