D’où vient l’expression "c’est là que le bât blesse" ?

Aujourd’hui, on dit que "c’est là que le bât blesse" lorsqu’on découvre les peines cachées, les ennuis secrets ou le point sensible de quelqu’un.

Issu du latin "bastum", qui veut dire "ce qui porte", le bât désigne le dispositif permettant aux mammifères tels que l’âne, le cheval, le chameau ou le buffle, de porter de lourdes charges sur le dos.

L’expression remonte au XVe siècle, lorsque les ânes et mulets étaient encore fréquemment utilisés pour le transport de matériel ou de personnes. Une selle en bois était apposée sur le dos des bêtes de somme pour mieux stabiliser la charge.

Lorsque le bât était mal installé ou trop chargé, l’animal souffrait et pouvait devenir irritable. La plaie en question ne pouvait être découverte qui si ce dispositif est enlevé.

Au XVIIe siècle, l’expression prendra un sens nettement plus érotique : ainsi, "savoir où le bas blesse" désigne le bas comme une allusion aux parties sexuelles.