Ces Belges à (re) découvrir : Charles Van de Poele

On pourrait l’appeler l’Edison flamand. En inventant le tramway à trolley, notre personnalité belge, Charles Van de Poele, a permis de mettre l’électricité sur les rails au XIXe siècle.

Le bricolage, une histoire de famille

Né à Lichtervelde le 27 avril 1846, le petit Charles exprime rapidement un intérêt pour le bricolage. Un côté touche-à-tout qu’il tient de son père, menuisier, qui tentera d’ailleurs d’aiguiller son fils vers le travail du bois. En vain.

À Poperinge, où la famille déménage pour des raisons professionnelles, Charles intègre le prestigieux collège Saint-Stanislas où il commence à s’intéresser à l’électricité. À 15 ans, dit-il, il produit déjà des batteries.

À la mort de sa mère, les Van de Poele s’installent à Lille. Remarié, le père de Charles ouvre un atelier de menuiserie et envoie son fils se former chez un sculpteur sur bois. Cependant, son vif intérêt pour l’électricité le pousse à suivre des cours au lycée impérial de la métropole du Nord.

L’aventure américaine

En 1869, Charles fait partie des 140.000 Belges désireux de tenter "l’aventure américaine", et s’installe à Détroit contre la volonté de son père. Sur cet autre continent, il y rencontre sa future épouse et mère de ses 7 enfants, Ada Mina Van Hoogstraeten. Pendant les sept premières années, à Détroit, le jeune menuisier fabrique des meubles d’église.

Bien qu’il doive gagner sa vie, Charles est rattrapé par sa passion pour l’électricité. Il imagine, entre autres, un système de régulation vibratoire pour la fameuse lampe à arc de Thomas Edison, son ami mais aussi concurrent.

Une nouvelle vie

À Chicago, il crée la Van Depoele Electric Light Company of Chicago en 1882, qui fabrique des dynamos et des générateurs.

Charles Van de Poele s’apprête alors à changer le quotidien de bien des foyers américains : fini les mauvaises odeurs dégagées par le gaz utilisé pour s’éclairer, bonjour la lumière électrique. D’autres imaginent déjà l’électricité gagner un jour les transports.

L’ingénieur belge est alors propulsé sous les projecteurs après avoir illuminé le fronton de l’opéra de Détroit.

À sa famille, qui le vouait à une tout autre carrière, il écrit : "Vous aurez déjà entendu dire que j’ai abandonné la fabrication de meubles et que je me consacre à l’électricité. Je regrette de ne pas avoir persévéré plus tôt, mais mon père et tous mes amis n’ont jamais été pour. Je travaille jour et nuit." (Source : L’Echo)

Les tramways-trolleys

Charles Van de Poele concrétise l’utilisation de l’électricité dans les transports avec, comme perspective, l’exposition de Chicago de 1883. En effet, il ne peut plus perdre une minute car, en 1879, Werner Siemens avait créé le premier chemin de fer électrique.

Mais la concurrence et les possibles complications des manœuvres dues au froid et au gel le poussent à imaginer une autre technique. Le trolley vient de naître : un tramway dont le moteur, situé sur le toit, est alimenté par un courant aérien.

Présenté à l’exposition internationale de Toronto en 1885, le trolley fait affluer les commandes et défiler le nombre de passagers. Moins bon gestionnaire qu’entrepreneur, Charles revend son entreprise à la Thompson-Houston Electric Company de Lynn, près de Boston, en 1889.

Touchant 10% sur ses 444 brevets (249 en son nom propre), Charles Van de Poele n’aura pas beaucoup de temps pour profiter de son invention. Il décède d’un refroidissement à l’âge de 46 ans, le 18 mars 1892, dans sa maison de Lynn.