Allons enfants, portraits d'une jeunesse qui se bouge

Allons enfants, portraits d'une jeunesse qui bouge
Allons enfants, portraits d'une jeunesse qui bouge - © Tous droits réservés

France 4 et Golden Moustache collaborent sur un documentaire sous forme de portraits de jeunes pour déconstruire les clichés sur la génération Y.

 

Les jeunes sont affublés de clichés en tout genre : ils seraient des voyous, feignants, désabusés... Les jeunes issus de la génération Y sont particulièrement critiqués et pointés du doigt, pourtant eux qui n'ont connu que la crise et la galère sont à l'initiative de beaux projets et sont beaucoup plus actifs que ce que décrivent les médias. Golden Moustache et France 4 proposent des portraits pour démonter les clichés. Les huit clichés sont présentés par des jeunes célébrités du web : Natoo, Jhon-Rachid, Aude GG, Mcfly, Marion Seclin, Jérôme Niel, Baptiste et PV Nova s'attèlent à défendre leur génération, une génération qui se bouge et qui tente de faire bouger les choses dans un système suranné. 

 

Dans le premier portrait, Natoo va rencontrer des jeunes entrepreneurs qui essayent de rendre le monde meilleur pour prouver que les 25-35 ne sont pas plus feignants que d'autres. Jean se retrouve aujourd'hui à la tête de sa société qui veut remettre l'humain au coeur de l'entreprise. Les jeunes auraient perdu le sens des traditions ? Jhon-Rachid va à la rencontre d'un couple qui s'est installé à la campagne pour lancer un café-librairie et reprendre une exploitation agricole. Les jeunes sont-ils devenus nuls à l'école ou bien est-ce plutôt l'école qui est devenue nulle en jeune ? Aude GG est allée visiter une école démocratique, alternative à l'école classique. Les jeunes sont scotchés à leur téléphone ? McFly est allé voir toutes les ressources des jeunes qui se tournent vers le numérique et les nouvelles technologies comme Paul, fondateur d'une hacker house. Pour démonter le cliché de la délinquance juvénile, Marion s'est rendue dans un foyer à Creil, où les adolescents sont placés non pas à cause de leurs actes mais à cause de ceux de leurs parents. Les jeunes sont-ils égoïstes ? Pas tant que ça, la preuve ils peuvent créer des villages utopiques au service de l'autre, comme à Paris où "les grands voisins" s'est créé. Les jeunes sont-ils désengagés ? En fait non, il s'investissent différemment. Puisqu'ils souhaitent autre chose, ils essayent de changer le système localement. Les jeunes ne sont pas cultivés ? La culture urbaine est la preuve de l'incompréhension entre générations, pour certains le graff est un acte de vandalisme et pour d'autre une forme d'art. Mais aujourd'hui, le street art débarque dans les musées.

Les portraits sont à voir sur la chaîne de France 4.

 

<<<<<<< HEAD =======
>>>>>>> master