Polémique sur la polémique sur la polémique aux Oscars

Les Oscars se préparent sur fond de polémiques..
Les Oscars se préparent sur fond de polémiques.. - © RALF HIRSCHBERGER - AFP

La prochaine cérémonie des Oscars se déroulera dans un climat de polémiques multiples et grandissantes. Retour sur la polémique qui a engendré la polémique qui a fait naître la polémique qui a causé la polémique.

La 88ᵉ cérémonie des Oscars du cinéma se tiendra le 28 février prochain au Dolby Theatre de Los Angeles sur fond de nombreuses polémiques.

Tout a commencé avec le réalisateur Spike Lee. Choqué par l'absence d'artistes noirs parmi les acteurs et réalisateurs nommés, le metteur en scène de "Malcolm X" et "Do the right thing" a déclaré que l'Académie des Oscars devrait instaurer des quotas, afin de mieux refléter la diversité de la société américaine, et qu'il ne serait pas présent lors de la soirée. Il a été très vite rejoint dans son combat par l'actrice Jada Pinkett-Smith, l'épouse de Will Smith, qui a, elle aussi, décidé de ne pas participer à la remise de prix. Puis c'est Will Smith lui-même qui a annoncé qu'il n'assisterait pas à la cérémonie, déclarant que "ce serait très inconfortable d'être sur le tapis rouge et de donner l'impression que ce manque de diversité est acceptable".

On pensait que la polémique en resterait là, quand une nouvelle polémique a éclaté.

L'actrice Charlotte Rampling, nommée dans la catégorie de la meilleure actrice, a condamné les propos de Spike Lee sur les ondes d'Europe 1, estimant qu'il s'agissait de racisme anti-blancs, et que "peut-être que les acteurs noirs se méritaient pas d'être dans la dernière ligne droite". Des propos qui n'ont pas manqué de susciter de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

On pensait que la polémique en resterait là, quand une nouvelle polémique a éclaté.

La Ligue des Actrices d'Origine Américano-Américaines (LAOAA) a condamné les propos de Charlotte Rampling. "La LAAA s'indigne de la réaction de Charlotte Rampling, et souligne que parmi les cinq actrices nommées cette année aux Oscars dans la catégorie de la meilleure actrice, trois d'entre elles ne sont pas d'origine américano-américaine. Charlotte Rampling est d'origine anglaise, Cate Blanchett d'origine australienne et Saoirse Ronan d'origine irlando-américaine. La LAOAA y voit là une forme de racisme anti-actrices d'origine américano-américaines, et demande à l'Académie d'imposer un quota d'actrices d'origine américano-américaines aux prochains Oscars. Le LAOAA se félicite au passage de la présence de Jennifer Lawrence et de Brie Larson, toutes deux d'origine américano-américaine, parmi les nommées. Elles défendent courageusement la cause des actrices d'origine américano-américaines".

On pensait que la polémique en resterait là, quand une nouvelle polémique a éclaté.

Via son attachée de presse, Jennifer Lawrence a condamné les propos de la Ligue des Actrices d'Origine Américano-Américaines. "Ma cliente Jennifer Lawrence tient à préciser qu'elle n'a aucun lien avec la LAOAA. Jennifer Lawrence préfère pour sa part militer pour la défense des actrices qui tiennent des arcs à flèches entre les mains dans les films. Pour elle, il est inadmissible qu'au XXIe siècle, on trouve encore si peu d'actrices qui tiennent des arcs à flèches entre les mains dans les films. Il s'agit là d'une forme de racisme anti-actrices qui tiennent des arcs à flèches entre les mains dans les films, et elle demande à l'Académie d'imposer un quota d'actrices qui tiennent des arcs à flèches entre les mains dans les films aux prochains Oscars".

On pensait que la polémique en resterait là, quand une nouvelle polémique a éclaté.

La Ligue des Actrices qui Font des Déclarations sans Passer par leur Attachée de Presse (LAFDPAP) a condamné les propos de Jennifer Lawrence. La LAFDPAP estime que "Jennifer Lawrence n'aurait pas dû passer par son attachée de presse pour déclarer qu'il fallait plus d'actrices qui tiennent des arcs à flèches entre les mains dans les films. Si la cause des actrices qui tiennent des arcs à flèches dans les films mérite en effet d'être soutenue, Jennifer Lawrence aurait dû le dire elle-même, sans passer par son attachée de presse. Il s'agit de la part de Melle Lawrence d'une forme de racisme anti-actrices qui font des déclarations sans passer par leur attachée de presse. De son côté, la LAFDPAP demande à l'Académie d'imposer un quota d'actrices qui font des déclarations sans passer par leur attachée de presse aux prochains Oscars." La LAFDPAP a également ajouté que "Jennifer Lawrence aurait du dire tout cela en tenant un arc à flèches entre les mains".

On pensait que la polémique en resterait là, quand une nouvelle polémique a éclaté.

La Ligue des Fabricants d'Arcs à Flèches qui Trouvent que les Actrices Devraient Tenir des Arcs à Flèches Entre les Mains dans les Films (LFAFTADTAFEMF) a condamné les propos de la LAFDPAP en des termes très durs. "Tenir un arc à flèches entre les mains dans les films est un vrai métier de comédienne. Il est irresponsable de la part de la LAFDPAP de demander à Jennifer Lawrence de faire des déclarations en tenant un arc à flèches dans les mains dans la vraie vie. Depuis des années, la LFAFTADTAFEMF se bat pour que les actrices tiennent des arcs à flèches entre les mains dans les films, et pas dans la vraie vie. Est-ce qu'on demande à Kev Adams de jouer mal quand il n'est pas dans un film ? Non. Alors, ne mélangeons pas tout".

La LFAFTADTAFEMF a ensuite créé une nouvelle polémique en déclarant qu'elle ne comptait pas parler de racisme anti-ligue des fabricants d'arcs à flèches qui trouvent que les actrices devraient tenir des arcs à flèches entre les mains dans les films, et qu'elle ne comptait pas non plus demander à l'Académie d'imposer un quota de fabricants d'arcs à flèches qui trouvent que les actrices devraient tenir des arcs à flèches entre les mains dans les films aux prochains Oscars.

On pensait que la polémique en resterait là, quand une nouvelle polémique a éclaté.

La Ligue des Gens qui en ont Marre des Polémiques à la Con (LGMPC) a condamné toutes ces polémiques à la con. Pour elle, "Il y en marre de toutes ces polémiques à la con qui sont créées la plupart du temps par des journalistes en manque de clics. La méthode est simple et grossière : un média relaie les propos de Machin ou de Bidule en te disant que ça fait une polémique, cinq personnes et demi s'en offusquent ensuite sur twitter, et un autre média reprend alors ces cinq tweets et demi en te faisant croire que la pseudo-polémique de départ provoque un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Quand cinq personnes font un pet sur twitter, ça devient une épidémie de gastro-entérite mondiale pour certains journalistes du web. Et tout ça pour quoi ? Pour ramener des clics sur leur site. Les polémiques à la con, il y en a vraiment marre."

Gageons que ces propos ne manqueront pas de déclencher une nouvelle polémique...


Christophe Bourdon