Polémique autour du film de Jaco Van Dormael

"Le Tout Nouveau Testament", affiche du film
"Le Tout Nouveau Testament", affiche du film - © Tous droits réservés

Si le film " Le Tout Nouveau Testament " de Jaco Van Dormael cartonne en Belgique et en France, ce succès ne fait pas que des heureux. Une menace sérieuse plane même sur la tête de réalisateur.

Rédaction du site culture de la RTBF. Vendredi. 15h30. Alors que je m’apprête à plier bagage pour foncer voir une projection exclusive de " Les nouvelles aventures d’Aladin ", le nouveau film de mon idole Kev Adams – le meilleur acteur de la génération des acteurs de 24 ans qui essaient de faire croire qu’ils en ont 17 – le téléphone à cadran de la rédaction sonne. Ma chef de service, Françoise B – c’est son nom de famille : B. Elle est la cousine par alliance de Dominique A – décroche.

Je vois son visage changer. Elle me tend le combiné, d’une main tremblante. " C’est pour toi ". Une voix puissante, à l’accent parigot tout droit sorti d’un film d’Audiard, retentit à l’autre bout du fil, avec un écho : " Salut grand. Ici Dieu ". Je souris. " C’est ça. Et moi, je suis le Pape ". La voix s’énerve : " Oh merde, personne ne me croit jamais. Je t’assure que je suis Dieu ". Je souris de plus belle. " Prouvez-le moi : faites un miracle ". La voix s’énerve encore plus : " Ils me demandent tous ça. Les miracles, c’est le business de mon fils. Moi, je crée des choses. Tiens, ouvre le tiroir de votre bureau ". Je m’exécute… et tombe sur une glace Magnum. " Tu vois ? Je viens de le créer. Je suis Dieu. " Je lui réponds du tac au tac : " Et qui me dit que vous n’êtes pas un collègue en train de me faire une blague ? Vous avez très bien pu mettre cette glace dans mon tiroir pendant que j’avais le dos tourné ". Il soupire. " Ok. Referme le tiroir, et rouvre-le tout de suite ". Je m’exécute… et me retrouve face à dix glaces Magnum ! Je reste sans voix. La voix au téléphone enchaîne : " Alors ? Il dit quoi, le sceptique, maintenant ? ". " Que vous êtes bien Dieu. Et que mes dossiers sont couverts de chocolat ". " Bien. Maintenant, tu prends des notes, parce que je veux me plaindre du film de Jaco Van Dormael. Et je veux que ça se sache, bordel de moi ! "

Dieu, vous voulez donc vous plaindre du film " Le Tout Nouveau Testament ". Qu’est-ce qui vous a déplu ?

Mais tout ! Tout ! Qu’on m’incarne de façon caricaturale dans un film, ça me gêne pas, c’est le jeu, et je suis le premier à en rire. Comme je le dis toujours : il faudrait vraiment être le dernier des cons pour s’offusquer d’une caricature. Mais là, Jaco Van Dormael a dépassé une limite. Et plusieurs, même !

Lesquelles ?

Eh bien, déjà, le choix de l’acteur principal pour jouer mon rôle. Benoît Poelvoorde. Merde, quoi ! On prend pas un mec qui a joué dans " Astérix aux Jeux Olympiques " pour incarner Dieu ! Pourquoi pas Clovis Cornillac, tant qu’on y est ? Non, j’ai de l’humour, mais faut rester un minimum sérieux quand même. J’aurais dû l’inscrire comme onzième commandement quand je les ai refilés à Moïse, tiens.

Ben non. A l’époque, le cinéma n’existait pas. Vous ne pouviez pas savoir !

T’es con ou quoi ? Je suis Dieu ! Je n’ai ni lieu, ni temps. Je suis partout et dans toutes les époques à la fois. Je te conseille d’ailleurs de remettre un coup de déo en fin de journée, c’est pénible d’être sous tes aisselles à 19h.

Et j’imagine que le fait que Dieu soit méchant dans le film vous pose également problème ?

Ah ben non, pas du tout. J’aime bien être méchant. L’humour noir, j’adore. J’ai quand même dit que j’avais créé l’homme à mon image. Quand tu vois Théo Francken, je pense que tu saisis tout de suite la puissance de la vanne.

A part Benoît Poelvoorde, qu’est-ce qui vous a encore énervé dans le film ?

Le choix de ma femme. J’ai rien contre Yolande Moreau, super actrice, rien à redire. Mais bon. Je suis Dieu, bordel ! J’ai les plus belles personnes du monde à portée de main : Marylin Monroe, Audrey Hepburn, James Dean.

James Dean ? Mais… Mais c’est un mec ?

Ben ouais, et alors ? C’est l’être humain qui a créé l’hétérosexualité, pas moi. C’est pas mon problème si vous êtes coincés du cul !

A ce propos, ça ne vous gêne pas tous ces gens qui excluent, tuent, rejettent, condamnent en votre nom ?

Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Les religions, à la base, c’est pas une mauvaise chose. Après, c’est comme les supporters de foot : la majorité en font bon usage, mais derrière ça, t’auras toujours une poignée de connards qui viendront tout gâcher. T’as l’arbre qui cache la forêt, et le gland qui fait de l’ombre au chêne. Qu’est-ce qu’on peut faire contre ça ? Rien. Vouloir raisonner un con, c’est comme chercher de la bonne musique dans un album de Maître Gimms. Le combat est perdu d’avance.

On a quand même l’impression que de plus en plus de gens massacrent en votre nom.

C’est l’inquisition, tes questions ? Ben tiens, l’inquisition. C’est bien la preuve que c’est pas pire qu’avant, hein. Non, le seul truc qui a changé, c’est qu’on a accès a plus d’infos, et donc qu’on en parle plus, c’est tout. Un micro pénis, c’est un micro pénis. Mais si tu mets une loupe dessus, ça devient un micro pénis en plus grand. Tu saisis la comparaison ?

Je suis pas sûr, non. Revenons au film de Jaco Van Dormael. Est-ce qu’un élément vous a énervé plus que tous les autres ?

Ah ouais ! Grave ! Je suis censé habiter à Bruxelles. Non, mais tu rigoles ou quoi ? J’ai voulu y faire un tour à vélo l’autre jour. Je m’en souviendrai ! Quinze tracteurs m’ont foncé dessus au rond-point Schuman. Et c’était pas le pire ! T’as déjà essayé de rouler à vélo dans le nouveau piétonnier ? Je me suis fait arrêter par des flics en Segway parce que je roulais à du 8 à l’heure. Des flics en Segway, quoi ! Pourquoi pas des militaires en kite surf ? Non, franchement, je vois pas pourquoi Dieu voudrait vivre dans pareil enfer.

Vous êtes un peu dur avec Bruxelles, non ?

Comme dirait le héros de Cinquante Nuances de Grey : " Qui aime bien, châtie bien ". Donc, j’adore Bruxelles. Mais je peux pas y vivre. En plus, vous avez déjà Yvan Mayeur. Il ne peut pas y avoir deux personnes qui se prennent pour Dieu dans la même ville.

Vu sous cet angle...

Non, là, j’essaie de rester calme, mais je suis à deux doigts de faire subir un sort peu enviable à Jaco Van Dormael.

Lequel ?

Le coincer dans un ascenseur, entre Michael Hanneke et Jacques Audiard. Mourir étouffé par le poids de deux égos, il y a rien de pire, crois-moi.

Vous lui en voulez vraiment à ce point ?

C’est surtout que depuis que j’ai vu le film de Jaco, moi aussi je dors mal. T’as vu le jeu de mots ? Pas mal, hein ? Non, sérieux, depuis, j’ai vraiment peur. Sans rire.

Vous avez peur ? Mais peur de quoi ?

De me retrouver dans un film des Frères Dardenne. Que Dieu habite Bruxelles, j’ai déjà du mal. Mais qu’il se retrouve dans une caravane à Seraing…



Christophe Bourdon