"A la soupe ! Manger en 14-18" au MMM, Mons Memorial Museum

Soldat mangeant sa soupe dans une tranchée.
2 images
Soldat mangeant sa soupe dans une tranchée. - © Coll. BDIC

Du 03 juin au 15 avril 2018, le Mons Memorial Museum (MMM) vous propose d’en apprendre plus sur un aspect trop peu connu de la Grande Guerre : la nourriture. A travers l’exposition " À la soupe ! Manger en 14-18 "  découvrez les habitudes alimentaires pendant la Première Guerre mondiale. Que mangent les soldats sur le front ? Quels aliments les civils en zone occupée peuvent-ils se mettre sous la dent ? En ces temps troublés, se nourrir devient une préoccupation de tous les instants. Des ersatz plus ou moins savoureux remplacent les aliments rationnés, un marché noir où les denrées se vendent à prix d’or émerge, l’aide alimentaire nationale et internationale se développe, tandis que les Montois se mettent à cultiver fruits et légumes dans leur jardin. Photographies d’époque, témoignages, archives et objets historiques lèvent le voile sur une partie essentielle du quotidien en temps de guerre.

Saviez-vous que durant l’occupation, les Allemands ont installé une boucherie militaire… dans l’Hôtel de Ville ! Ou encore que les soldats montois ont du se nourrir d’haricots noirs peu appétissants et de riz baptisé "bêton armé", faute de pommes de terres ?

Une quinzaine de thématiques seront abordées, allant de :

1) la vie sur le front : quelle est la composition de la ration d’un soldat ? Comment cuisiner sur le champ de bataille ? L’acheminement et la distribution du ravitaillement, l’alcool pour maintenir le moral des troupes, les systèmes D pour manger à sa faim…

2) le quotidien des civils : mise en place des bons de rationnement, l’organisation de comité de secours et de charité, les nouvelles façons de cuisiner avec des ersatz,  la contrebande et la fraude alimentaire…

3) l’avant-guerre : les principaux aliments consommés, comment se nourrissent les personnes aisées et les plus pauvres…

4) l’après-guerre : quelles conséquences sur le marché de l’alimentation ? Tout reprendre à zéro…

Une fois n’est pas coutume, cette expo s’adresse d’abord aux plus jeunes. Une réelle approche didactique permettra aux enfants, dès 6 ans, de comprendre, tout en s’amusant, l’enjeu que représentait l’alimentation durant le Première Guerre mondiale. En plus des objets historiques, des photos et des écrits de l’époque, les 5 sens du petit public seront réquisitionnés. Des recettes seront testées et  vous pourrez même profiter d’un jardin potager de légumes anciens ou d’un moment de détente sur la terrasse du musée. Sans oublier le dimanche en famille, les ateliers, les conférences et les rencontres autour du thème de l’alimentation d’hier et d’aujourd’hui.