2050. Une brève histoire de l'avenir..

2050. Une brève histoire de l’avenir - vue de l'exposition
9 images
2050. Une brève histoire de l’avenir - vue de l'exposition - © DR

Réalisée en partenariat avec le musée du Louvre, cette exposition exceptionnelle interroge notre avenir à l’horizon 2050. Peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations et arts numériques : plus de 70 œuvres d’art contemporain viennent éclairer notre regard sur des thématiques sociétales actuelles et futures.

À travers des créations d’art contemporain, " 2050. Une brève histoire de l’avenir " aborde de grandes thématiques sociétales comme la surconsommation, les conflits mondiaux, la raréfaction des ressources naturelles, les inégalités sociales et économiques, la mutation de l’être humain. À ces thèmes complexes viennent se greffer des visions positives et constructives, parfois même teintées d’humour. Des artistes belges et internationaux comme Sugimoto, Boetti, Kingelez, Warhol, LaChapelle, Gursky, Op de Beeck, Burtynsky, Yongliang, Turk, Alÿs, Hatoum,… nous invitent ainsi à (re)penser l’avenir.

L’exposition s’inspire du livre de Jacques Attali Une brève histoire de l’avenir (éd. Fayard, traduit en 18 langues, nouvelle édition août 2015). Jacques Attali est d’ailleurs conseiller scientifique de ce projet.

Regard sur l’Europe

L’exposition évoque également la construction européenne, envisagée sous l’angle de l’utopie politique. Une collaboration entre les étudiants en art de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels (ENSAV / La Cambre, Bruxelles), et ceux en sciences politiques de l’Institut d’études européennes (Université Libre de Bruxelles) a permis de réaliser un travail documenté et personnel sur ce thème.

Reproduction 3D

Un partenariat inédit a été développé entre le Musée Numérique (MRBAB), le Naturhistorisches Museum de Vienne et la firme Trideus (en coopération avec Alph Studios). Avec la numérisation 3D de la Figurine de Stratzing (Vénus de Galgenberg), une pièce maîtresse de l’expo datant du paléolithique, les MRBAB remettent en question les techniques modernes de reproduction et le rôle à venir des musées.

Interactivité

L’interactivité sera assurée grâce aux nouvelles technologies encourageant les visiteurs à commenter et partager leur propre perspective avant, pendant et après l’exposition. Un photomaton permettra aux visiteurs d’envoyer un " gif " (photo animée) accompagné d’un message tourné vers le futur. Un social wall projettera, en temps réel, les interactions #expo2050 sur les réseaux sociaux. Les expositions de Bruxelles et Paris dialogueront donc avec le reste du monde. Le tout est aussi à suivre en direct sur le site web de l’exposition www.expo- 2050.be – qui propose également des vidéos (teasers, interviews et time lapses).

Une application pour smartphone et tablettes est proposée gratuitement (en FR, NL et EN). Remplaçant l’audioguide, elle raconte l’exposition à travers des interviews, vidéos, photos, images d’archives, articles,... L’utilisateur peut donc tant préparer sa venue au musée qu’élargir sa réflexion sur les œuvres et sujets abordés. Trace virtuelle et qualitative de l’exposition, l’application " Fine Arts Belgium " fournit un contenu supplémentaire (vidéo) au catalogue.

INFORMATIONS PRATIQUES

L'expo est ouverte jusqu'au 24 janvier 2016.

www.expo-2050.be

#expo2050

Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique - Rue de la Régence, 3 - 1000 Bruxelles

Horaires

mardi > vendredi | 10:00 > 17:00

samedi > dimanche | 11:00 > 18:00

 

Tarifs

€ 14,50 adulte € 12,50 senior (+65 ans),

€ 8 jeune (6>25 ans), enseignant, personne

souffrant d’un handicap et leur accompagnateur

€ 10,5 groupe adulte € 3,5 groupe scolaire

€ 0 Ami des MRBAB, membre ICOM, enfant (-6ans)

Ticketing online : https://onlineticketing.fine-arts-museum.be

Une application multimédia et un guide

du visiteur (papier) gratuits sont disponibles.

Catalogue : coéd. Snoeck/MRBAB, 224 p., € 32

(également disponible en e-book)

Un entretien avec Jacques Attali

à propos du livre qui a inspiré cette exposition, Une brève histoire de l’avenir (éd. Fayard, traduit en 18 langues, nouvelle édition août 2015).

Le time lapse de l'installation de Mark Titchner