"House of Cards", version britannique, à découvrir sur Arte

“House of Cards”, version britannique, à découvrir sur Arte
“House of Cards”, version britannique, à découvrir sur Arte - © BBC / Arte

La première adaptation d'“House of Cards”, aussi écœurante que jouissive, est à découvrir sur la plateforme d'Arte.

Être éclipsé par son remake, c'est le sort d'un bon nombre de films et de séries. "House of Cards", série britannique ayant débuté en 1990, peut en témoigner  : dans l'esprit de la plupart des spectatrices et spectateurs, le nom est indissociable de la série américaine avec Kevin Spacey et Robin Wright. La série originale mérite pourtant qu'on s'y attarde, ne fût-ce que parce qu'elle jette un regard cinglant et fascinant sur le monde politique anglais des années 80 et 90.

Créée par Andrew Davies et Michael Dobbs, "House of Cards" est adapté du roman éponyme de ce dernier. Ancien chef de cabinet du parti conservateur, celui-ci a imaginé à quoi pourraient ressembler les luttes fratricides au sein de son parti après le départ de Margaret Thatcher. Hasard sans doute heureux pour la série, sa diffusion sur la BBC eut lieu en même temps que l'évincement de la Première ministre du gouvernement, offrant ainsi à public britannique très réceptif une fenêtre sur le monde politique.

C'est Francis Urquhart, "chief-whip" assoiffé de pouvoir, qui nous sert de guide à travers les coulisses de cet univers impitoyable dont il est l'exemple le plus terrifiant. Comme son homologue américain, il a un goût prononcé pour les monologues  : le regard perçant tourné vers la caméra, ce politicien aux dents longues nous livre, complice, ses plans machiavéliques. C'est Ian Richardson, vétéran du petit et grand écran (il a notamment incarné Sherlock Holmes), qui lui donne vie avec une insupportable, mais néanmoins délectable suffisance. Sous ses airs endimanchés et précieux, ce personnage plus grand que nature fait penser au Richard III de Shakespeare, détruisant ses adversaires sans pitié ni remords dans sa quête du pouvoir. Ses cruelles et ingénieuses machinations se regardent avec un mélange d'admiration et de dégoût.

Plus crue et plus étrange, mais aussi moins raffinée dans son esthétique que son remake, la série frappe par son montage incisif, d'une redoutable efficacité. À l'instar de nombreuses séries britanniques, "House of Cards" est assez courte : elle s'est conclue en 1995, après trois saisons de 4 épisodes chacune, une brièveté qui est ici un gage de qualité. S'engouffrer dans les manœuvres machiavéliques de son personnage principal est un plaisir aussi poisseux que bref.

La série est à découvrir sur la plateforme d'Arte jusqu'au 31 octobre 2021.

Le premier épisode :