Et si les séries TV comme "Les Simpson" bénéficiaient d’un doublage assuré par une intelligence artificielle ?

L’émergence du deepfake pourrait bien bouleverser l’industrie du divertissement. Cette technologie, qui permet de détourner des vidéos en modifiant les visages et en reproduisant des voix grâce à l’intelligence artificielle, pourrait prochainement aider certains producteurs de séries animées à remplacer des doubleurs devenus trop vieux ou simplement trop coûteux.

Prenons l’exemple des "Simpson". La série, diffusée à la télévision américaine depuis 1989, doit faire face au vieillissement de ses acteurs, habitués à doubler la série. En plus de 30 ans, la production a aussi été confrontée à de nombreuses crises, comme le départ fracassant en 2015 de Harry Shearer (qui doublait alors plusieurs personnages dont M. Burns) ou la polémique qui a conduit au départ de Hank Azaria, un acteur blanc qui prêtait sa voix à un épicier indien (Apu). Des voix de synthèse, gérées par de l’intelligence artificielle, n’auraient évidemment pas fait de vagues. Si l’on ajoute à cela que le seul doublage d’un épisode des "Simpson" reviendrait à plusieurs centaines de milliers de dollars, toute nouvelle technologie capable de reproduire fidèlement les voix de la série mérite d’être étudiée.

Avec plus de 30 ans d’archives de voix de ses personnages, "Les Simpson" pourraient représenter une sorte de laboratoire pour se lancer dans la voix de synthèse alimentée par de l’intelligence artificielle. Pour le moment, la technologie permet de reproduire assez fidèlement une voix mais pas forcément de laisser passer des émotions. Dans le cas des "Simpson", il serait donc assez facile de faire parler Homer ou Marge avec une voix quasi-identique à celle de leurs doubleurs, mais le tout avec une certaine froideur. Reste enfin les problèmes de droit concernant la propriété et l’exploitation de ces "voix".

A lire aussi : Et si l’intelligence artificielle avait de l’imagination ?

Une première "expérience" a cependant été réalisée au début de l’année, avec la diffusion d’un épisode mettant en scène le personnage d’Edna Krapabelle, qui a demandé l’utilisation et le mixage d’anciens extraits de tournage de Marcia Wallace, sa doubleuse officielle décédée en 2013.

A noter qu’en France, en 2020, la série "Plus belle la vie" a créé l’événement en étant la première à recourir au deepfake pour pallier l’absence d’une de ses actrices. Elle a momentanément été remplacée par une autre comédienne mais son visage et sa voix ont été incrustés de telle sorte que le téléspectateur n’y voit que du feu. Le résultat a été franchement bluffant.