Dans "The New Pope" de Sorrentino, le Vatican affronte ses démons extérieurs

"The New Pope" est disponible lundi sur la chaîne française Canal+.
"The New Pope" est disponible lundi sur la chaîne française Canal+. - © Courtesy of Canal+

"La grande question de la place des femmes arrivera aussi au Vatican", présage le réalisateur italien Paolo Sorrentino, qui expose le "New pope" de sa série à quelques tourments du monde extérieur : le féminisme et le terrorisme. Dans cette deuxième saison, disponible lundi sur la chaîne française Canal + et visible dans le monde entier sur les réseaux des coproducteurs Mediapro, Sky et HBO, un nouveau pape est élu alors que Pie XIII (Jude Law) est dans le coma. Ce nouveau pape franciscain veut donner les richesses du Vatican aux pauvres, mais il ne tiendra pas longtemps. Il fait alors place au "grandiloquent" Jean-Paul III, joué par John Malkovich, qui prend les commandes pour insuffler son charme et ses doutes au Vatican. Pie XIII va se réveiller pour affronter une menace terroriste qui pèse sur le Vatican, pour le plus grand bonheur des fans de Jude Law.

L’actrice Sharon Stone et la rock star Marilyn Manson font aussi une apparition dans cette série (9X52 minutes) à la réalisation baroque, avec des grandes scènes filmées entre cérémonie et vidéoclip, une bande-son très pop, des discours sur l’amour et la foi. Pour créer Jean-Paul III, Paolo Sorrentino s’est inspiré du cardinal John Henry Newman (1801-1890), le plus célèbre des anglicans ralliés au catholicisme, béatifié à la fin de l’année 2019. "Il était adepte d’une voie du milieu, dans le sens du compromis", a expliqué le réalisateur de passage à Paris, aux côtés les deux actrices principales de cette série, Cécile de France et Ludivine Sagnier.

Renoncer à leurs ambitions

Pie XIII et Jean-Paul III ont quelque chose en commun. "Dans leur grande sagesse, ils sont prêts à renoncer à leur ambition individuelle au nom de leurs idées, contrairement à beaucoup d’hommes politiques", lance le réalisateur de "La grande bellezza" et de "Il Divo". Le cardinal napolitain Voiello (Silvio Orlando) prend là une ampleur qu’il n’avait pas dans la première saison. "Voiello est inspiré de moi pour les choses les plus stupides et de certains hommes politiques italiens et catholiques des dernières années, très habiles dans leurs manœuvres", souligne le réalisateur.

Face à Malkovich, Cécile de France avait "l’impression d’être adolescente, de revoir les 'Liaisons dangereuses'", un des grands films de l’acteur américain. Le personnage de l’actrice est aussi "complètement sous le charme" du pape Jean-Paul III, construisant une "relation lumineuse et platonique" avec lui. L’actrice belge parle de l’œuvre de Sorrentino comme d’un "cinéma d’une grande sensualité". "J’avais l’impression d’être aux premières loges, avec un grand metteur en scène de théâtre, de danse […]. Il s’éloigne complètement du réalisme pour aller vers une dramaturgie, une profondeur psychologique", selon Cécile de France.

Une grève historique des nonnes

Ludivine Sagnier joue une fidèle qui "n’a aucun outil pour sortir de l''oppression masculine, va d’humiliation en humiliation, perd complètement pied avec le réel", explique l’actrice française. Paolo Sorrentino met ainsi les femmes en avant dans "The New Pope" avec ces deux actrices mais aussi avec une grève historique des nonnes. "L’Église est bien plus sexiste que le reste du monde", souligne Paolo Sorrentino. "Les femmes n’y ont absolument pas les mêmes droits, elles ne peuvent pas dire la messe, elles vivent en fonction des hommes. C’est une situation qui prendra fin".

Dans quelle mesure s’est-il inspiré de l’actualité ? "Paolo est encore en dessous de la réalité", intervient Ludivine Sagnier, évoquant les scandales autour de la pédophilie à l’Église. Paolo Sorrentino assure que la série n’a pas pu choquer les prêtres, qui "au confessionnal écoutent des péchés toute la journée". Lors d’une visite au Vatican, "les prêtres me faisaient des sourires et des clins d’œil, comme pour me dire que ça leur avait plu", raconte le réalisateur. Alors qu’il prépare un film aux États-Unis avec Jennifer Lawrence, le réalisateur assure qu’une troisième saison est "possible" et qu’il a "quelques idées".